Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 10:50
Correction à propos du discours du président Hollande en Normandie (TES et TS)

Consigne.

 

En vous appuyant sur l'introduction du cours en ligne ("Historien et mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France), vous montrerez si ce discours relève de la "mémoire" ou de l'"histoire".

 

Ouistreham, vendredi 6 juin 2014

" Mesdames, Messieurs les chefs d’Etat et de gouvernement,

Vous représentez ici 19 pays rassemblés avec la France pour marquer la réconciliation, la réunion, l’hommage que nous devons à tous ces vétérans ici présents et que je veux d’abord saluer parce qu’ils sont les témoins vivants de ce qui s’est produit ici le 6 juin 1944.

Cette cérémonie du 70ème anniversaire du Débarquement exceptionnelle : exceptionnelle par son ampleur, nous en avons la démonstration ; exceptionnelle par la ferveur populaire qu’elle suscite ; exceptionnelle aussi dans ce moment précis où nous nous rassemblons.

/.../

Le Général BRADLEY avait dit que tous ceux qui avaient mis le pied un jour, ce jour-là, le 6 juin 1944, sur la plage d’Omaha étaient des héros ; oui, ils étaient des héros, tous ceux-là qui avançaient, qui avançaient encore pour notre liberté !

Nous sommes en Normandie. La bataille qui se déroula tout au long de l’été 1944 fut la plus grande bataille aéronavale de l’histoire. 5 000 navires, 10 000 avions, 140 000 soldats britanniques, canadiens, américains. Le seul 6 juin, 3 000 d’entre eux furent tués, .3 000 !

/.../

Voilà pourquoi je souhaite au nom de la France que les plages du débarquement soient inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, car ici nous sommes sur un patrimoine mondial de l’humanité. Cette inscription rappellera le caractère sacré de ces lieux pour les préserver à tout jamais et surtout pour accueillir toutes les générations qui viendront en visiter les sites lorsqu’elles voudront comprendre, lorsqu’elles voudront voir où le sort de l’humanité s’est joué, où il s’est décidé un 6 juin 1944.

En venant ici, nous sommes tous quel que soit notre âge, quelle que soit notre condition, quelles que soient nos origines, saisis par une émotion. Ce qui frappe encore lorsque nous allons de lieu en lieu et parfois de cimetière en cimetière, c’est le courage des soldats qui ont lutté ici, /.../ le courage de tous ces jeunes venus du monde entier conquérir mètre après mètre les plages et les dunes, le courage des résistants français qui ont facilité la réussite de l’opération, le courage des français libres ralliés à l’appel du général de GAULLE, le courage des populations civiles de Normandie qui ont souffert sous les bombes, qui ont subi des pertes considérables et qui ne savaient plus si elles devaient partager leur douleur ou leur joie, leur douleur d’avoir perdu un être cher, leur joie aussi d’avoir reconquis leur liberté. /.../"

 

 

 

 

                                                           CORRECTION POSSIBLE.

     Le discours du président Hollande est engagé dans un travail de mémoire beaucoup plus que d'histoire car, régulièrement dans ses phrases, le président charge l'événement qu'il présente d'enjeux et de valeurs. Comment?

- en le présentant à tous comme un modèle: utilisation de la notion de dette due aux acteurs passé comme les vétérans au 1er paragraphe.

- grâce à l'ampleur du rassemblement dont la commémoration du 6 juin 2014 témoigne: au 1er paragraphe, le nombre impressionnant de pays représentés par leur chef d'Etat ou de gouvernement; au 2e paragraphe, par la répétition de "exceptionnelle" pour qualifier cette cérémonie.

- en valorisant les acteurs passés: au 3e et 4e paragraphe, ils sont présentés comme des héros très nombreux à se sacrifier pour nous. Là aussi, la notion de dette et donc de devoir de mémoire est activée.

- en prenant une initiative symbolique: faire de ces plages un lieu inscrit au patrimoine commun de l'humanité.

 

    Ce discours est donc un exemple d'une action de l'Etat pour ré-officialiser une certaine image d'un événement et instituer un devoir de mémoire.

La mémoire partagée collectivement et sacralisée est un élément essentiel de l'identité d'une société. Commémorer un souvenir commun et sacré est un moyen de renforcer la cohésion entre les individus de cette société. Or la société française est particulièrement divisée en ce moment. D'où l'importance de ce type de cérémonie et l'insistance sur le devoir de mémoire

 

 

COMPLEMENT A LA REPONSE.

 

" /.../le courage des populations civiles de Normandie qui ont souffert sous les bombes, qui ont subi des pertes considérables et qui ne savaient plus si elles devaient partager leur douleur ou leur joie, leur douleur d’avoir perdu un être cher, leur joie aussi d’avoir reconquis leur liberté."

Ces lignes viennent à la fin d'un long paragraphe qui, pour l'essentiel, est consacré à renforcer la mémoire traditionnellement valorisée du débarquement de Normandie. Elles officialisent une autre mémoire de l'événement lié à un groupe nouvellement reconnu: les habitants de Normandie qui ont souffert des bombardements alliés en Normandie en juin et juillet 1944. Jusqu'à présent, on évitait de parler des effets négatifs de débarquement (occultation). Là, ce n'est plus le cas.

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires