Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 11:29

L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France.

2e partie de l'épreuve du Bac

 

Consigne. Après avoir présenté le document, vous expliquerez de quelles manières les Français ont construit des mémoires de la Seconde Guerre mondiale et le rôle des historiens.

 

DOCUMENT. A propos du film Le Chagrin et la Pitié


"LE CHOC DU PASSÉ
Ce film, vous ne le verrez pas sur le petit écran auquel il était destiné. On tient, en haut lieu, les Français incapables de se regarder dans une glace, tels qu'ils furent, tels qu'ils se dépeignent eux-mêmes, tels qu'ils se jugent.[...]
Tout le monde le sait, mais il ne faut pas le dire. Le manteau d'hermine que Charles de Gaulle a jeté sur les guenilles de la France doit à jamais dissimuler qu'elle avait perdu non seulement la guerre, ce qui n'est rien, mais l'honneur. Et, que prise en bloc, elle s'en arrangeait assez bien.[...]
Le premier choc est dur. Pour peu que l'on ait eu plus de 15 ans en 1940, on en suffoque. On se tourne et on se retourne dans son fauteuil, comme si là, sur l'écran, on surprenait sa propre mère en posture honteuse. Pleurer soulagerait. Mais on ne pleure pas. On rage. [...]
La foule, fervente, agitant des petits drapeaux, acclamant le vieux soldat, parce que « en France, ça finit toujours par un militaire », dit cruellement un Anglais, le général Spears...
Maurice Chevalier chantant : « Ça sent si bon la France... » En 41. En 42. Pendant que le général Huntziger demandait aux Allemands « si nos deux pays ne pouvaient pas aller plus loin sur le plan de la collaboration militaire ». Il ne fallait pas avoir l'odorat sensible.
La brochette de vedettes de l'écran partant joyeusement visiter les studios de Berlin, de Vienne et de Munich... Le Dr Goebbels les accueillera. Le générique du film « Le Juif Süss », doublé en français, où apparaissent les noms des comédiens qui se sont prêtés à ce doublage...
Le pauvre visage de l'ouvrier cinématographié sur le quai de la gare de l'Est où il s'embarque pour aller travailler en Allemagne. Il est le cent millième. Merci M. Laval (Ministre de Pétain). Sans vous, c'est qu'il serait encore en chômage, vous savez !
Hitler devant la tour Eiffel, devant l'Opéra, montant les marches de la Madeleine, et, sur son passage, les agents de police saluant spontanément. Spontanément.
Tant et tant d'images qui font mal, de discours chevrotants, de proclamations ignobles ou imbéciles, que l'on croyait oubliés, que nous étions nombreux à avoir volontairement enfouis, pour toujours, dans le sable de la mémoire, parce que la vie, ce n'est jamais hier, c'est aujourd'hui.
Oui, le premier choc est dur. Il faut savoir que, au-delà de 40 ans, personne ne peut voir « Le Chagrin et la pitié » innocemment. Sans retrouver soit le goût amer de sa propre lâcheté, si l'on fut de la majorité, soit le tremblement de la fureur, si l'on fut des autres.[...]"


Françoise Giroud, L'Express, 3 mai 1971

 


 

CORRECTION.

Introduction.

Présenter le document / le contexte (1971): c'est un tournant dans l'histoire du mythe du résistancialisme / D'où la problématique: les Français vivront de longues années dans une illusion collective à l'égard de leur passé proche. Cette illusion est sur le point d'éclater. Les historiens, quant à eux, ont entretenu le mythe mais contribueront aussi à le remettre en question / Annonce du plan.

 

Partie 1. La fin d'un mythe.

- Expliquer la mise en place du mythe: utiliser des informations précises du cours.

- En revenir au texte et travailler sur la métaphore de la ligne 4: "Le manteau d'hermine que Charles de Gaulle a jeté sur les guenilles de la France doit à jamais dissimuler /.../" L'expliquer.

- Certains élèves ont ajouté un paragraphe sur les mémoires refoulées ou oubliées: ce n'était pas nécessaire dans la mesure ou le texte ne pose pas le problème de la mémoire juive. Le document détermine ce qu'il est nécessaire d'extraire du cours pour l'expliquer.

 

Partie 2. Les acteurs du "premier choc".

- Présenter le film et le cinéaste pour éviter une confusion: l'article de la journaliste ne montre pas ce que révèle le film mais seulement les images du film que la journaliste a choisi de retenir. Le documentaire met en image des résistants (les deux frères vus en cours) mais Françoise Giroud n'en parle pas:

·      Son témoignage est subjectif. Elle rédige l'article sous le coup de l'émotion: il faut donc travailler sur l'émotion qui le traverse. Elle est en train de construire une mémoire de l'événement à travers la vision du film.  

·      et opposez-les au résistancialisme.   Elle ne retient que les images qui s'opposent radicalement au mythe. Donner des exemples

·      Expliquer ce choc et cette partialité dans ce qu'elle retient du film.

 

 

- Les historiens:

·      Ils ont entretenu le mythe pendant des années. exemple: le manuel scolaire analysé en cours. Causes: pression sociale / archives officielles inaccessibles. Donner un exemple d'un historien de cette époque: Robert Aron et montrer sa thèse fausse.

·      Mais, à partir des années 1970, les historiens vont travailler à construire la vérité historique. D'abord parler de Robert Paxton, ses thèses / Puis utiliser la fin du cours en ligne: elle montre que aujourd'hui les historiens ne disent plus que les Français ont été lâches comme le dit l'auteure. La réalité a été beaucoup plus nuancée. La journaliste a une vision déséquilibrée de la réalité des Français sous l'occupation.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires