Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 18:41
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES

Mobilités, flux, réseaux.

Au cœur de cette mondialisation, les flux de biens, de services, de capitaux et de personnes connaissant une croissance importante. Cependant, ces flux ne sont pas homogènes sur tous les territoires de la mondialisation, de même qu’ils ne connaissent pas la même évolution récente.

Quelles sont les différentes mobilités dans notre système mondialisé ? Comment les flux de biens de consommation, de capitaux, et de personnes influencent-ils la mondialisation ?

Annonce du plan

Partie 1. Un monde de flux.

1. le commerce des biens.

Les flux de marchandises ont connu une amplification sans précédent dans les échanges mondiaux. La valeur des flux a été multipliée par 300 en 60 ans passant de 59 Md$ à plus de 18 000 Md$ en 2013.

Cette croissance s’explique de multiples facteurs dont les plus importants sont les révolutions du transport et des Technologies d’Information de Communication (TIC), le développement du libre-échange, la NDIT et la généralisation du capitalisme financier.

- les produits agricoles : Ils représentent 9% des produits échangés (1 600 Md$ en 2013).

- le commerce des hydrocarbures, du charbon et des minerais a également fortement progressé. Il a doublé en 30 ans. Il représente 23% des échanges soit environ 4 100Md$ en 2013.
Les pays pétroliers sont au Moyen-Orient, en Afrique de l’Ouest (Nigeria) et du Nord (Algérie, Lybie), en Amérique latine (Venezuela) et en Russie.

- les produits manufacturés: ils représentent 66% du commerce mondial pour un total de 12 000Md$. Le commerce international de produits manufacturés a sextuplé en 30 ans témoignant d’une nouvelle Division Internationale du Travail (DIT) à laquelle recourent les FTN s’installant dans des pays-ateliers.

2. Les flux de services sont également concernés par le processus de mondialisation. Ils représentent actuellement 21% des échanges mondiaux en valeur. " Les " flux invisibles " ont connu un accroissement spectaculaire. S’il est une expression caractéristique de la mondialisation, c’est sans doute celle de "village planétaire". Le développement des nouveaux médias (télévision, radio, Internet) favorise la transmission des informations à travers les quatre coins de la planète, faisant de chacun un membre du "village planétaire". Les grands réseaux d’information, comme CNN, sont reçus partout à travers le monde.

3. Les flux de capitaux.

Les réseaux financiers
Les flux financiers relient entre eux les grandes Bourses mondiales. Tous les ans, près de 10 000 milliards de dollars circulent entre les grandes places financières mondiales. Les principaux pôles qui structurent ces flux sont les Bourses de New York (Wall Street et NASDAQ), Londres (la City) et Tokyo (Tokyo Stock Exchange). Les flux financiers se développent cependant de plus en plus vers des places émergentes, notamment les Bourses de Shanghai ou Hong Kong.

 

• Les flux d'IDE
Les Investissements directs à l'étranger (IDE) sont les mouvements de capitaux provenant des entreprises ou du fonds souverain d'un État et qui sont investis dans  tel ou tel secteur de l'économie d'un autre Etat . On distingue les IDE entrants et les IDE sortants. On constate que les membres de la Triade polarisent 65 % de ces deux types d'IDE, mais que certains pays émergents comme le Brésil et la Chine bénéficient de flux entrants importants qui soutiennent la croissance de leur économie.

 

Partie 2. Une intégration plus ou moins avancée des territoires aux réseaux

La mondialisation met en valeur l’espace de manière différencié.

1. A l’échelle mondiale, la concentration des richesses, des productions de biens et de service, d’information, des pôles de consommation fait ressortir très nettement trois sous-ensembles.

Cet espace de la Triade est ainsi composé depuis longtemps des Etats-Unis, de l’Union Européenne et du Japon.

70% du commerce mondial, 90% des sièges sociaux des FMN, la possession des monnaies fortes et internationalement reconnues (dollar, euro, yen), ou la concentration des grandes sociétés d’agence de presse et de communication (Reuters, Associated Press, AFP, CNN, etc.). Les Etats de la Triade sont autant des partenaires que des concurrents économiques. Ils échangent et investissent d’abord entre eux. Chacun de ces centres polarisent les pays proches dans une zone d’influence privilégiée: le Japon et son environnement proche avec la Corée du Sud et Taiwan. Les Etats-Unis ont intégré le Canada et le Mexique dans une association régionale de libre échange: l'ALENA. L’UE rassemble les principales puissances économiques de l’Europe.

2. Mais l’espace monde ne peut se résumer à ce petit groupe de pays qui ne concentre qu’une minorité de la population mondiale (moins de 15%). Les autres espaces du monde se décomposent entre des Etats plus ou moins intégrés, plus ou moins dominés ou marginalisés.

 - Ils peuvent être des puissances économiques mais où les revenus des habitants restent faibles ou moyens (Brésil, Chine), des puissances démographiques (Chine, Inde, Pakistan, Indonésie, etc.), des puissances régionales (Brésil et Mexique pour l’Amérique latine, Nigeria et Afrique du Sud pour l’Afrique subsaharienne), être présent dans un domaine particulier du commerce international - les pays pétroliers, par exemple.

- À l’inverse, certains espaces sont fortement marginalisés. Parmi les Pays les Moins Avancés (PMA), la majorité appartiennent à l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. Ces pays participent à la mondialisation des échanges mais faiblement ou sans que ces exportations entraînent un développement efficace : ils exportent des produits miniers, agricoles ou pétroliers mais ne profitent pas assez des processus de mondialisation.

3. Les territoires sont mis en réseaux grâce aux grandes villes qui constituant ce que l’on appelle "l’archipel mégalopolitain mondial", l’A.M.M.

- L'expression d'archipel métropolitain mondial désigne un ensemble de métropoles séparées dans l'espace mais ayant entre elles des relations intenses. Il est constitué des métropoles mondiales à fort pouvoir de commandement. Le réseau urbain formé par l'archipel métropolitain mondial est une des composantes principales du système monde.

 

- Les villes constituent les lieux premiers du commandement et de l’intégration à ce système-monde car elles concentrent des services de haut niveau, richesse et population.

- Le réseau des villes mondiales comprend des villes des pays très développés comme des villes des puissances émergentes (BRICS) ou des pays à développement plus limités.

Partie 3. Les migrations de populations et le tourisme.

1. Les migrations internationales constituent bien un autre aspect de la mondialisation.

- Depuis 1980, le nombre de migrants dans le monde a triplé. Il y aurait actuellement plus de 230 millions de personnes vivant hors de leur pays de naissance (Les migrants représentent environ 3% de l’humanité.


Les motifs de départ sont nombreux: les raisons familiales (mariages, regroupement familiale),
- les réfugiés qui fuient les violences mais aussi les catastrophes naturelles,
- les étudiants qui pour certains resteront travailler dans le pays où ils ont effectué leurs études, - les migrations économiques.

- Ces flux lient les pays développés aux pays moins développés et qui leur sont le plus proche : Amérique latine et Asie pour l’Amérique du Nord, Afrique et Asie pour l’Europe, Asie pour l’Océanie.

- Les flux Sud-Nord restent importants mais on constate un accroissement des flux Sud-Sud. Entre 2005 et 2010, les pays du Sud ont accueilli plus de migrants que les pays du Nord (53% des arrivées). Parmi les pays émergents, certains constituent donc des pôles d’immigration : les pays pétroliers du Moyen-Orient, le Brésil et le Venezuela en Amérique latine, ou des pays côtiers d’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Cote d’Ivoire) pour les pays sahéliens.

2. le tourisme international.


- Le tourisme international illustre une autre facette de la mise en relation du monde. Près d’un milliard de touristes internationaux était comptabilisé chaque année. La France, l’Espagne, les Etats-Unis et l’Italie sont les quatre principales destinations avec près du tiers des déplacements observés. Activité motrice du développement économique pour certaines régions du monde, c’est un secteur sujet à de nombreuses variations en fonction des conjonctures économiques ou des situations de crises, notamment pour les pays du Sud méditerranéen.

 

Conclusion.

Reprendre la problématique et montrer comment le devoir a répondu à cette problématique.

  La mondialisation est un phénomène qui continue de se renforcer. Aucun secteur de l’économie n’échappe à sa logique. Elle joue un rôle majeur dans notre consommation et notre économie. Cependant, tous les territoires n’en profitent pas de manière équitable.


 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires