Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 15:46

L’Asie du Sud et de l’Est: les défis de la population et de la croissance

 

INTRODUCTION.

  • Définir de quel espace il s’agit: la Chine, le Japon, l’Inde, les deux Corée et le Sud Est asiatique
  • C’est un espace de grande diversité : un espace éclaté, un poids démographique important : 3,5 milliards de personnes, cet espace comprend donc la majeure partie de la population mondiale. Des statuts politiques très différents : démocratie parlementaire comme l’Inde ou le Japon, dictature totalitaire comme la Corée du Nord ou un totalitarisme qui laisse la société plus libre sur le plan économique comme dans le cas de la Chine.
  • Mais 2 points communs: c’est la 1ère zone de croissance de la planète et c’est l’espace qui comprend le plus de personnes pauvres, ce qui suppose donc que son essor économique ne permet pas pour l’instant de répondre aux besoins de sa très nombreuse population.

 

  • Problématique. Quels sont les liens entre population et croissance économique dans un espace encore assez largement à la recherche d’un véritable développement ?

Plan:

P1. LA DÉMOGRAPHIE : ASPECTS, ATOUTS, CONTRAINTES

- foyers de population

- transition démographique

- une population nombreuse: atout ou contrainte pour le développement

P2. CROISSANCE ET DÉVELOPPEMENT

1. L’intégration à la mondialisation : sans cesse accrue, toujours plus profitable

2. Différents niveaux d’émergence

3. Limites et fragilités

 

 

P. 1 LA DÉMOGRAPHIE : ASPECTS, ATOUTS, CONTRAINTES

 

1. L'Asie du Sud et l’Asie de l’Est correspondent aux principaux foyers de peuplement mondiaux. La population de l'Asie du Sud et de l'Est approche les 4 milliards d'habitants. On la divise en 3 foyers de population:

  • - L’Asie du Sud, correspondant au souscontinent indien, marqué par la civilisation indienne, l’hindouisme mais aussi l’islam. 3 Etats dominants: l'Union Indienne (1,210 milliard), le Pakistan (175 millions) et le Bangladesh (152 millions).
  • - L’Asie du SudEst, aux confins des influences indiennes, chinoises et malaises dispose de 600 millions d’habitants ; les pays les plus peuplés sont l’Indonésie (237 millions), les Philippines (92 millions) le Viêtnam (86 millions) la Thaïlande (67 millions) et la Birmanie (53 millions)
  • - L’Asie de l’Est, marqué la civilisation chinoise et sa culture confucianiste, abrite 1,590 milliard d’habitants : 1,355 milliard en Chine, 126 millions au Japon, 50 millions en Corée du Sud.

 

  1.   Les zones littorales de l'Asie orientale et les vallées des grands fleuves, par exemple le Gange, présentent des densités très élevées: les plaines alluviales et les deltas (Gange en Asie du Sud, Mékong en Asie du SudEst) ont des densités de population rurale dépassant 1 000 hab./km Le processus de mondialisation et une fulgurante urbanisation ont encore renforcé leur poids. Sur les cinq villes les plus peuplées du monde, trois sont situées en Asie du Sud et de l’Est.

 

 

3. Des évolutions démographiques convergentes mais décalées dans le temps. Si dans l'ensemble de cet espace, la transition démographique est en voie d'achèvement, la région présente une grande disparité:

-  Maintien d'une forte fécondité et d'une forte mortalité infantile dans les pays pauvres (Laos, Népal, Afghanistan)

- Mais des pays ont achevé leur transition démographique (Japon, Chine). En Chine, la fécondité est désormais basse, au prix d'une politique autoritaire de contrôle des naissances qui vient d'ailleurs d'être remise en cause pour ralentir un vieillissement rapide de la population chinoise.

- L'Inde est dans une position intermédiaire. Elle gagne 19 millions d'habitants chaque année, ce qui devrait faire d’elle le pays le plus peuplé de la planète vers 2030

4.  La présence d'une maind'œuvre abondante a assuré les bases de la croissance, notamment dans l'agriculture, puis dans l'industrie. Cette force du nombre est une des caractéristiques de la région. Cette très nombreuse population est un aiguillon pour la croissance économique (maind’œuvre) importante, jeune et de plus en plus souvent bien formée). Elle représente aujourd'hui également un immense marché de consommateurs potentiels.

5. Mais le poids démographique représente également de véritables défis car:

- les déséquilibres démographiques sont dangereux
La maîtrise de la croissance en Chine et en Inde ont conduit, pour des raisons culturelles, à favoriser, par l'avortement des filles, la naissance de garçons. Ceci conduit à un déficit en femmes. Dans certaines régions de l'Inde, on compte 120 hommes pour 100 femmes. Par ailleurs, compte tenu de la faible fécondité, la population de certains États connaît un important vieillissement, comme au Japon. La Chine elle-même commence à connaître ce processus.

-  Des déséquilibres socio-économiques
Les écarts sociaux sont importants dans la plupart des pays de la région. En Inde et en Chine, la classe moyenne est relativement réduite en nombre, environ 15 % de la population. La population reste caractérisée par une réelle pauvreté : la moitié des Indiens vivent avec 2 euros par jour
. D'où les défis que représente ce poids démographique de la région en termes de santé, d’éducation, de logement, et parfois même encore d’accès à l’alimentation.

 

 

P. 2. CROISSANCE ET DÉVELOPPEMENT

 

La croissance économique marquée que connaissent aujourd’hui les pays asiatiques est susceptible de les aider à surmonter ces difficultés. En effet, l’Asie est devenue le moteur de l’économie mondiale, Chine en tête : en 30 ans, grâce à un taux de croissance annuel moyen supérieur à 7,5%, la part de l’Asie émergente dans le PIB mondial a grimpé de 10 à 35%.

1. L’intégration à la mondialisation est sans cesse accrue et s'est faite par le biais de l'industrialisation.

En s'ouvrant, les économies asiatiques ont su tirer parti de la mondialisation mais selon des processus d’émergence nationaux différenciés et décalés dans le temps.

- Ainsi, pour le Japon, l’amorce du développement industriel remonte à la fin du XIXe siècle, avec l'ère Meiji . Après la Seconde Guerre mondiale, l'industrialisation, soutenue et coordonnée par l'Etat, s’appuie sur l’action de puissantes firmes comme Mitsubishi, Sony ou Toyota.

- Sous l’impulsion du Japon, la stratégie de la remontée des filières industrielles (passer d'un produit à plus faible valeur ajoutée à un produit à plus forte valeur ajoutée) a permis une croissance élevée, et a diffusé cette croissance en Asie de l’Est et du SudEst par délocalisation des industries moins compétitives.

- D’où les succès des NPIA de la première génération  (nouveaux pays industriels asiatiques comme la Corée du Sud, Taïwan, Singapour, Hong Kong) depuis les années 1970: ils ont repris la même stratégie de remontée des filières industrielles. Dans leur sillage, les NPIA de 2e génération (Malaisie, Indonésie, Thaïlande, Philippines, ViêtNam) se sont également lancés dans une politique d'ouverture économique, ainsi que la Chine à partir de 1978, et l’Inde beaucoup plus récemment.

- La production industrielle joue donc un rôle fondamental dans la croissance de la région : produits de haute technologie au Japon et en Corée, produits et montages de produits à bas coût compétitifs en Chine, dont la production industrielle a dépassé en volume celle des ÉtatsUnis. Les délocalisations industrielles venues d'Europe et d'Amérique du Nord ont contribué à cet accroissement de la production industrielle Aujourd'hui, en Chine, l'industrie se tourne de plus en plus vers le marché intérieur, et plus seulement vers l'exportation..

- De grands groupes industriels japonais (Toyota, Sony), coréens (Samsung, Hyundai), chinois (Lenovo ou Geely qui a racheté Volvo), et aujourd’hui indiens (Reliance, Tata qui a racheté Jaguar et Land Rover), sont partis à la conquête des marchés mondiaux.

- Cette industrie a été littoralisée de façon à optimiser les coûts de transport et à réduire les délais. Les interfaces maritimes de l’Asie sont parmi les plus actives au monde.

- Les services et la R&D (recherche et développement) jouent également un rôle éminent dans certaines émergences, notamment celle de l’Inde : si la Chine est le nouvel « l’atelier du monde », pour certains l’Inde est en passe de devenir « le bureau du monde » (spécialité en traitement des données informatiques). L’Inde monte en gamme et en puissance grâce à ses secteurs de pointe comme l'informatique ou l’industrie pharmaceutique.

- Les bourses de Tokyo puis de Shanghai et de Hong Kong sont de premier rang, devant celles de Taipei, Shenzhen et Séoul.

2. Différents niveaux d’émergence à toutes les échelles: à échelle de l'Asie du Sud et du Sud-Est, à échelle des pays et dans les pays.

  • À l’échelle du continent : hiérarchies nationales

- La locomotive économique de la région reste le Japon, même si le PIB chinois a dépassé en valeur absolue (mais pas par habitant) le PIB japonais.

- Les NPIA de la 1ère génération (Corée du Nord, Taïwan, Singapour et Hong Kong) ont désormais un profil économique qui les rattache à des pays industriels développés.

- Les autres pays asiatiques présentent des profils très variés: les NPIA de la seconde génération (Indonésie, Philippines...) prometteurs mais encore fragiles aux PMA comme le Cambodge ou le Bangladesh..

  • À l’échelle des États : les inégalités entre villes et campagnes restent énormes dans les Etats émergents

En Chine, les inégalités sont profondes entre les régions littorales, moteurs de la croissance, et l’intérieur où des poches de pauvreté persistent.

En Inde, certains économistes estiment qu’il y a de la croissance sans réel développement en dehors de quelques poches urbaines. C’est souvent le cas dans l’ensemble de l’Asie émergente, où le fossé villescampagnes se creuse dangereusement.

- Si l’on assiste à un spectaculaire recul de l’extrême pauvreté, celuici est très inégal: l'Asie demeure le continent qui compte le plus de pauvres: 2,2 milliards de personnes en Asie du Sud et de l'Est

3. Limites et fragilités

A. Les fragilités du modèle économique

  • La région ne dispose en effet que de très peu d'hydrocarbures, qui doivent être presque tous importés du MoyenOrient.
  • Les économies asiatiques sont également très dépendantes de leurs exportations et donc à la merci d'une contraction des marchés en cas de crise : notion d’extraversion économique
  • Les fragilités environnementales. Confrontée à l'urgence du développement, la croissance asiatique s'est souvent effectuée sans respect pour l'environnement :
  • - Le recours au charbon et l'accroissement du trafic automobile ont fait depuis 2006 de la Chine le premier pays émetteur de gaz à effet de serre.
  • - La destruction des forêts primaires pour y installer des plantations commerciales en Indonésie

B. Les risques divers, accentués par les fortes densités de peuplement y sont importants : inondations au Bangladesh, séismes en Indonésie160, en Chine et au japon, tsunami sur les littoraux, risques liés aux évolutions climatiques (remontée du niveau de la mer au Bengladesh)                 


C. De sérieuses tensions géopolitiquesDans la région demeurent par ailleurs de nombreuses tensions : partage de la région du Cachemire entre l'Inde et le Pakistan, question du Tibet, convoitises de la Chine sur Taïwan, volonté de Pékin d'accroître son espace maritime en mer de Chine, guérillas aux Philippines...

  • Les organisations internationales régionales comme l’ASEAN (Association of South East Asian Nations) peinent à régler ces différends.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires