Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 11:17
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
Japon et Chine TERMINALE ES
  • COURS 2.
  • Japon - Chine: concurrences régionales et ambitions mondiales

 

L’étude de cette question comporte une approche comparative du rôle joué en Asie et dans le monde par les deux puissances majeures de la région: Japon et Chine

Le Japon et la Chine sont deux puissances économiques mondiales majeures. Mais on observe cependant de nombreuses différences. Alors que le Japon bénéficie d'une économie diversifiée et orientée vers les hautes technologies, il souffre cependant d'une croissance faible. La Chine a une économie moins diversifiée, une technicité moins avancée, mais profite d'une forte croissance économique.

Ces deux pays cherchent aussi à conforter leur influence mondiale. Le Japon tire partie de son influence culturelle dans le monde mais n'a que peu d'influence sur le plan international. Sa force armée est réduite à une force d'autodéfense. La Chine affirme, elle, progressivement son influence culturelle et jouit d'un poids politique international important.

Les deux pays sont en concurrence pour assurer le leadership en Asie mais, en même temps, les économies des deux pays sont en voie d'intégration.

Cette volonté partagée de devenir la première puissance asiatique provoque des tensions d'ordre géostratégique

Annonce du plan.

 

Partie 1. Des puissances économiques mondiales.

 

1. La puissance économique du Japon.

Le Japon est en 2015 la troisième puissance mondiale :

  • C'est une ancienne puissance industrielle, le pays est industrialisé depuis la fin du XIXe siècle et possède une économie très diversifiée.
  • Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la puissance industrielle du Japon s'est construite sur une montée en gamme progressive: voir le cours sur croissance et population en Asie. Aujourd'hui, Ii dispose d'un savoir-faire dans les hautes technologies (robotique, électronique, nanotechnologies, etc.) grâce à des investissements importants dans la recherche et le développement (3,5% de son PIB)
  • C'est une puissance financière et il est le premier créancier mondial en 2014.
  • Il dispose de grandes FTN (Toyota, Sony, Mitsubishi, etc.) qui exportent dans le monde entier.
  • Le Japon est le 4e exportateur mondial.
  • Tokyo, plus grande ville au monde, est une métropole mondiale qui dispose du plus grand nombre de sièges parmi les 500 plus grandes multinationales.

Or, l'économie japonaise connaît aussi des limites :

  • Le Japon est dépendant des importations de matières premières.
  • Le Japon connaît une faible croissance depuis quelques années et doit affronter l'émergence de nouveaux partenaires dans la région.
  • Sa population, confrontée au problème du vieillissement, diminue. On assiste aussi à un accroissement de la précarisation. C'est un des facteurs de cette faible croissance.
  • Le pays est vulnérable aux risques naturels (séisme et tsunami à Fukushima en 2011).


2. L'économie chinoise

La Chine est la deuxième puissance économique et représente environ 15% du PIB mondial.

Le pays est officiellement un régime communiste depuis l'arrivée au pouvoir de Mao en 1949. Mais face aux ravages provoqués par les réformes du régime dans les années 1960, Deng Xiaoping opère la transition de l'économie chinoise vers un modèle capitaliste.

Depuis 30 ans, la Chine connaît une forte croissance de son économie. Elle est désormais un pôle de l'économie mondiale :

  • Elle fonde sa puissance sur une production à bas coût qui repose sur une main-d'œuvre peu chère, nombreuse et flexible mais aussi sur une politique d'exonération fiscale. Cette situation permet l'afflux de nombreux IDE.
  • Elle est ainsi le premier exportateur de produits manufacturés au monde (11,5% des exportations mondiales).
  • Suite à la crise de 2008, la Chine cherche à ce que son économie repose moins sur les exportations et vise le développement de son marché intérieur. Pour atteindre cet objectif, elle mise sur l'accroissement de la classe moyenne et des grands projets de construction d'infrastructures (TGV chinois).
  • Actuellement considérée comme "l'atelier du monde", l'économie chinoise connaît une montée en gamme de sa production et aspire à devenir le "laboratoire du monde".
  • La Chine se tourne de plus en plus vers l'extérieur et depuis 2000, les investissements chinois à l'étranger ont été multipliés par 20. Elle investit notamment en Afrique.

Mais l'économie chinoise fait aussi face à des limites :

  • Une grande partie du pays est confrontée à de graves problèmes de développement.
  • L'économie chinoise reste moins moderne que celle du Japon et l'agriculture est le secteur qui fournit le plus d'emplois.
  • Elle est souvent critiquée par ses partenaires commerciaux (Europe, États-Unis, Japon, etc.) pour sa politique qui consiste à maintenir une monnaie faible afin de doper ses exportations.
  • Elle est très souvent accusée de mener une politique agressive et d'utiliser l'espionnage industriel.
  • Malgré une technicité des produits qui s'améliore (notamment grâce au transfert de technologie), la technologie chinoise est encore en retard par rapport aux produits américains et japonais.
  • Enfin, la population est de plus en plus critique sur le manque de démocratie, la corruption, les problèmes environnementaux. De plus, la politique des bas salaires montre ses limites ; en effet, de nombreux ouvriers, après des mouvements sociaux, ont obtenu des augmentations.

 

 

 

 

Partie 2. L'influence internationale de la Chine et du Japon

 

1. Des influences politiques inégales.

 

La Chine est une puissance politique qui ne cesse de s'affirmer :

  • La Chine dispose de l'arme nucléaire et d'un siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU.
  • Elle augmente ses dépenses militaires (2e budget militaire au monde), investit dans le domaine spatial et développe sa marine de guerre afin d'assurer ses approvisionnements et de s'imposer dans les mers asiatiques. Elle a d'ailleurs construit des ports militaires sur les territoires de ses alliés (le "collier de perles") à Myanmar, au Sri Lanka, en Afrique de l'Est.
  • Elle dispose de l'armée la plus nombreuse au monde (2,3 millions de soldats).

Le Japon est souvent considéré comme un "nain politique" :

  • Son armée est limitée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et sa défense repose sur la protection des États-Unis.
  • Il n'est pas membre du Conseil de sécurité et ne possède pas la bombe atomique.
  • De plus, sa constitution limite ses forces militaires à la légitime défense.
  • Cependant, le Japon cherche à affirmer son poids politique sur la scène internationale. Il augmente son budget militaire (le 8e au monde en 2015), participe à des opérations internationales de maintien de la paix sous l'égide de l'ONU (Irak, etc.) et revendique une place de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU.

 

2. Des soft powers différents

Le Japon dispose d'un important Soft power :

  • Sa culture est mondialement connue (manga, jeux vidéo, etc.). Sa gastronomie est répandue sur l'ensemble de la planète et est très à la mode et notamment les sushis.
  • Il distribue une importante aide publique au développement (APD) en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud et est un important financeur de la Banque asiatique de développement.

La Chine cherche à affirmer son influence culturelle dans le monde :

  • Elle a organisé les Jeux olympiques de Pékin en 2008 et l'Exposition universelle de Shanghai en 2010.
  • Dans le but de promouvoir la culture chinoise, des instituts Confucius ont été créés dans le monde.
  • L'apprentissage du chinois (le mandarin) est en progression, mais avant tout pour des raisons commerciales.
  • Enfin, la Chine bénéficie du relais de son importante diaspora qui compte plus de 50 millions d'individus dans le monde et contribue à mettre en avant la culture chinoise (gastronomie chinoise, Nouvel an chinois à Paris, à New York, etc.).
  • Malgré ses efforts, la Chine continue de pâtir d'une image négative (question des droits de l'Homme, de l'occupation du Tibet, etc.).

 

Partie 3. Une concurrence régionale

 

1. La période contemporaine a été le théâtre de tensions très fortes entre les deux pays.

  • En 1931, le Japon a envahi la Chine et est responsable de massacres. Le massacre de Nankin dure six semaines et plusieurs centaines de milliers de Chinois y trouvent la mort. Des dizaines de milliers de femmes et d'enfants sont violés par les troupes japonaises.
  • De plus, les pays sont tous les deux marqués par une idéologie nationaliste accentuée par les partis au pouvoir (PCC en Chine et Parti nationaliste au Japon).

 

2. Une concurrence économique régionale

La Chine et le Japon sont en concurrence pour le leadership économique en Asie. Ce sont les deux géants économiques du continent, ils représentent 70% du PIB asiatique.

Bien que le Japon domine dans les secteurs de la recherche, des hautes technologies et par sa présence économique internationale (les FTN japonaises), la Chine s'est imposée comme la première puissance mondiale et donc régionale.

Malgré cette concurrence, les deux économies sont de plus en plus intégrées :

  • Historiquement, le Japon est à l’origine de la diffusion du développement économique à l'échelle régionale; par ses investissements et ses délocalisations industrielles, il a suscité le décollage économique des pays voisins, y compris la Chine. Son modèle de  développement  a entraîné dans sa dynamique la quasi totalité de l’Asie orientale
  • Depuis l'ouverture de l'économie chinoise dans les années 1970 et l'entrée de la Chine dans l'OMC en 2001, les échanges entre les deux pays se sont intensifiés. Le commerce entre ces deux pays représente 3% de l'ensemble des échanges internationaux.
  • Les entreprises japonaises délocalisent en Chine et le Japon est le premier importateur d'IDE en Chine. Plus de 20 000 entreprises japonaises sont désormais présentes en Chine. La Chine est son premier partenaire économique.
  • Le Japon est le deuxième partenaire économique de la Chine, derrière les États-Unis.

Les flux de personnes sont aussi en augmentation :

  • 500 000 Chinois sont installés au Japon et sont majoritairement des étudiants.
  • 130 000 Japonais vivent en Chine, dont la plupart sont des employés des entreprises japonaises.

Cependant, les concurrences entre la Chine et le Japon constituent un frein à l'instauration d'une réelle coopération économique dans la région :

  • La Chine se satisfait du partenariat avec l'ASEAN + 3 (Corée, Japon et Chine).
  • Le Japon veut étendre la coopération à d'autres pays, avec notamment l'Inde, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, afin de diminuer le poids relatif de la Chine.

3. Une concurrence géopolitique

 

Des tensions subsistent avec les voisins de la Chine, notamment autour des questions frontalières :

  • Les archipels en mer de Chine, qui disposent de réserves en hydrocarbures, sont des sources de tensions entre la Chine et le Vietnam. Des émeutes contre la communauté chinoise ont éclaté en 2014 au Vietnam et ont eu pour conséquence le rapatriement de 4000 travailleurs chinois.
  • La frontière entre l'Inde et la Chine dans le Cachemire et au Tibet est aussi cause de tensions entre les deux États.
  • Enfin, la Chine et le Japon s'opposent au sujet des îles Senkaku (en japonais) ou îles Diaoyutai (en chinois) qui sont sous contrôle des Japonais mais sont réclamées par les Chinois. Fréquemment, des bateaux chinois entrent dans la zone dominée par les Japonais et provoquent de vives réactions de la part du Japon..

Malgré la persistance de ces tensions, des élans de solidarité entre les deux pays se sont manifestés lors du tremblement de terre au Sichuan en Chine en 2008 et lors du tsunami au Japon en 2011.

 

 

 

 

.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by france
commenter cet article

commentaires