Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 18:41
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES
Flux, réseaux et mobilités TERMINALE ES

Mobilités, flux, réseaux.

Au cœur de cette mondialisation, les flux de biens, de services, de capitaux et de personnes connaissant une croissance importante. Cependant, ces flux ne sont pas homogènes sur tous les territoires de la mondialisation, de même qu’ils ne connaissent pas la même évolution récente.

Quelles sont les différentes mobilités dans notre système mondialisé ? Comment les flux de biens de consommation, de capitaux, et de personnes influencent-ils la mondialisation ?

Annonce du plan

Partie 1. Un monde de flux.

1. le commerce des biens.

Les flux de marchandises ont connu une amplification sans précédent dans les échanges mondiaux. La valeur des flux a été multipliée par 300 en 60 ans passant de 59 Md$ à plus de 18 000 Md$ en 2013.

Cette croissance s’explique de multiples facteurs dont les plus importants sont les révolutions du transport et des Technologies d’Information de Communication (TIC), le développement du libre-échange, la NDIT et la généralisation du capitalisme financier.

- les produits agricoles : Ils représentent 9% des produits échangés (1 600 Md$ en 2013).

- le commerce des hydrocarbures, du charbon et des minerais a également fortement progressé. Il a doublé en 30 ans. Il représente 23% des échanges soit environ 4 100Md$ en 2013.
Les pays pétroliers sont au Moyen-Orient, en Afrique de l’Ouest (Nigeria) et du Nord (Algérie, Lybie), en Amérique latine (Venezuela) et en Russie.

- les produits manufacturés: ils représentent 66% du commerce mondial pour un total de 12 000Md$. Le commerce international de produits manufacturés a sextuplé en 30 ans témoignant d’une nouvelle Division Internationale du Travail (DIT) à laquelle recourent les FTN s’installant dans des pays-ateliers.

2. Les flux de services sont également concernés par le processus de mondialisation. Ils représentent actuellement 21% des échanges mondiaux en valeur. " Les " flux invisibles " ont connu un accroissement spectaculaire. S’il est une expression caractéristique de la mondialisation, c’est sans doute celle de "village planétaire". Le développement des nouveaux médias (télévision, radio, Internet) favorise la transmission des informations à travers les quatre coins de la planète, faisant de chacun un membre du "village planétaire". Les grands réseaux d’information, comme CNN, sont reçus partout à travers le monde.

3. Les flux de capitaux.

Les réseaux financiers
Les flux financiers relient entre eux les grandes Bourses mondiales. Tous les ans, près de 10 000 milliards de dollars circulent entre les grandes places financières mondiales. Les principaux pôles qui structurent ces flux sont les Bourses de New York (Wall Street et NASDAQ), Londres (la City) et Tokyo (Tokyo Stock Exchange). Les flux financiers se développent cependant de plus en plus vers des places émergentes, notamment les Bourses de Shanghai ou Hong Kong.

 

• Les flux d'IDE
Les Investissements directs à l'étranger (IDE) sont les mouvements de capitaux provenant des entreprises ou du fonds souverain d'un État et qui sont investis dans  tel ou tel secteur de l'économie d'un autre Etat . On distingue les IDE entrants et les IDE sortants. On constate que les membres de la Triade polarisent 65 % de ces deux types d'IDE, mais que certains pays émergents comme le Brésil et la Chine bénéficient de flux entrants importants qui soutiennent la croissance de leur économie.

 

Partie 2. Une intégration plus ou moins avancée des territoires aux réseaux

La mondialisation met en valeur l’espace de manière différencié.

1. A l’échelle mondiale, la concentration des richesses, des productions de biens et de service, d’information, des pôles de consommation fait ressortir très nettement trois sous-ensembles.

Cet espace de la Triade est ainsi composé depuis longtemps des Etats-Unis, de l’Union Européenne et du Japon.

70% du commerce mondial, 90% des sièges sociaux des FMN, la possession des monnaies fortes et internationalement reconnues (dollar, euro, yen), ou la concentration des grandes sociétés d’agence de presse et de communication (Reuters, Associated Press, AFP, CNN, etc.). Les Etats de la Triade sont autant des partenaires que des concurrents économiques. Ils échangent et investissent d’abord entre eux. Chacun de ces centres polarisent les pays proches dans une zone d’influence privilégiée: le Japon et son environnement proche avec la Corée du Sud et Taiwan. Les Etats-Unis ont intégré le Canada et le Mexique dans une association régionale de libre échange: l'ALENA. L’UE rassemble les principales puissances économiques de l’Europe.

2. Mais l’espace monde ne peut se résumer à ce petit groupe de pays qui ne concentre qu’une minorité de la population mondiale (moins de 15%). Les autres espaces du monde se décomposent entre des Etats plus ou moins intégrés, plus ou moins dominés ou marginalisés.

 - Ils peuvent être des puissances économiques mais où les revenus des habitants restent faibles ou moyens (Brésil, Chine), des puissances démographiques (Chine, Inde, Pakistan, Indonésie, etc.), des puissances régionales (Brésil et Mexique pour l’Amérique latine, Nigeria et Afrique du Sud pour l’Afrique subsaharienne), être présent dans un domaine particulier du commerce international - les pays pétroliers, par exemple.

- À l’inverse, certains espaces sont fortement marginalisés. Parmi les Pays les Moins Avancés (PMA), la majorité appartiennent à l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. Ces pays participent à la mondialisation des échanges mais faiblement ou sans que ces exportations entraînent un développement efficace : ils exportent des produits miniers, agricoles ou pétroliers mais ne profitent pas assez des processus de mondialisation.

3. Les territoires sont mis en réseaux grâce aux grandes villes qui constituant ce que l’on appelle "l’archipel mégalopolitain mondial", l’A.M.M.

- L'expression d'archipel métropolitain mondial désigne un ensemble de métropoles séparées dans l'espace mais ayant entre elles des relations intenses. Il est constitué des métropoles mondiales à fort pouvoir de commandement. Le réseau urbain formé par l'archipel métropolitain mondial est une des composantes principales du système monde.

 

- Les villes constituent les lieux premiers du commandement et de l’intégration à ce système-monde car elles concentrent des services de haut niveau, richesse et population.

- Le réseau des villes mondiales comprend des villes des pays très développés comme des villes des puissances émergentes (BRICS) ou des pays à développement plus limités.

Partie 3. Les migrations de populations et le tourisme.

1. Les migrations internationales constituent bien un autre aspect de la mondialisation.

- Depuis 1980, le nombre de migrants dans le monde a triplé. Il y aurait actuellement plus de 230 millions de personnes vivant hors de leur pays de naissance (Les migrants représentent environ 3% de l’humanité.


Les motifs de départ sont nombreux: les raisons familiales (mariages, regroupement familiale),
- les réfugiés qui fuient les violences mais aussi les catastrophes naturelles,
- les étudiants qui pour certains resteront travailler dans le pays où ils ont effectué leurs études, - les migrations économiques.

- Ces flux lient les pays développés aux pays moins développés et qui leur sont le plus proche : Amérique latine et Asie pour l’Amérique du Nord, Afrique et Asie pour l’Europe, Asie pour l’Océanie.

- Les flux Sud-Nord restent importants mais on constate un accroissement des flux Sud-Sud. Entre 2005 et 2010, les pays du Sud ont accueilli plus de migrants que les pays du Nord (53% des arrivées). Parmi les pays émergents, certains constituent donc des pôles d’immigration : les pays pétroliers du Moyen-Orient, le Brésil et le Venezuela en Amérique latine, ou des pays côtiers d’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Cote d’Ivoire) pour les pays sahéliens.

2. le tourisme international.


- Le tourisme international illustre une autre facette de la mise en relation du monde. Près d’un milliard de touristes internationaux était comptabilisé chaque année. La France, l’Espagne, les Etats-Unis et l’Italie sont les quatre principales destinations avec près du tiers des déplacements observés. Activité motrice du développement économique pour certaines régions du monde, c’est un secteur sujet à de nombreuses variations en fonction des conjonctures économiques ou des situations de crises, notamment pour les pays du Sud méditerranéen.

 

Conclusion.

Reprendre la problématique et montrer comment le devoir a répondu à cette problématique.

  La mondialisation est un phénomène qui continue de se renforcer. Aucun secteur de l’économie n’échappe à sa logique. Elle joue un rôle majeur dans notre consommation et notre économie. Cependant, tous les territoires n’en profitent pas de manière équitable.


 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 18:38
TERMINALE S Croquis 1
TERMINALE S Croquis 1
TERMINALE S Croquis 1
TERMINALE S Croquis 1

Liste des 5 croquis de géographie pouvant donner lieu à sujets d’examen en Bac S

Pour aider les professeurs et les élèves à préparer dans les meilleures conditions cet exercice, les sujets  de croquis proposés se limiteront à la liste suivante : 

  • Pôles et flux de la mondialisation.

  • Une inégale intégration des territoires dans la mondialisation.

  • Les dynamiques territoriales des États-Unis.

  • Les dynamiques territoriales du Brésil.

  • Le continent africain : contrastes de développement et inégale intégration

    dans la mondialisation

 

Critères d’évaluation des croquis

L’évaluation des croquis portera  principalement sur les critères suivants :

  • qualité de la réalisation, lisibilité du croquis.
  • organisation de la légende, pertinence du choix des figurés ;
  • pertinence des informations portées sur le croquis par rapport au sujet posé : sélection, hiérarchisation des informations; validité des localisations et de la nomenclature ;

 

 

CONSIGNE: le croquis et sa légende sont à apprendre par coeur. La mémorisation suppose de refaire plusieurs fois de suite le croquis et d'apprendre la légende. Méthode de mémorisation: réaliser trois croquis différents correspondant chacun à une des trois parties de la légende. Puis photographier chacune de ces trois variantes séparément: la mémorisation est ainsi structurée et plus simple.

Le contrôle demandera, à partir de la liste des croquis proposés pour le bac, d'en réaliser un en une heure, sur un fond de carte, et la légende sur une feuille à part.

 

Pour le croquis 1,  référez-vous au PDF sur ce lien:

http://www.ac-grenoble.fr/webcurie/pedagogie/histgeo/IMG/pdf_poles_et_flux2014.pdf

Les images ci-dessus reprennent ce croquis et sa légende mais l'utilisation en PDF permet d'agrandir le croquis beaucoup plus

 

Pour le fond de carte, il s'agit d'une carte à projection polaire disponible sur ce lien et à imprimer:

http://www.histgeo.ac-aix-marseille.fr/ancien_site/carto/projectionpolaire/projectionpolaire04.pdf

Repost 0
Published by france
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 18:31

La mondialisation en fonctionnement: cours et sujets proposés au bac de TS

 

 

Quatre cours sont associés dans cette question  sur le fonctionnement de la mondialisation:

 

- Un produit mondialisé (étude de cas).

- Acteurs, flux et débats (en ligne).

- Des territoires inégalement intégrés à la mondialisation.

- Les espaces maritimes : approche géostratégique

 

Orientations pour le baccalauréat pour cette question sur le fonctionnement de la mondialisation

 

Les sujets de composition suivants sont envisageables :

        

  •           La mondialisation : acteurs, flux et débats.
  •           En vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié en classe, présentez les acteurs et les flux de la mondialisation.
  •           Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation (espaces maritimes compris).

Deux croquis peuvent être demandés :

  •           Pôles et flux de la mondialisation (en ligne et à mémoriser).
  •           Une inégale intégration des territoires dans la mondialisation.

L’analyse d’un ou deux documents (cartes, textes, images...) peut être demandée à l’examen.

 

.

 

 

Voici un plan possible pour le second sujet proposé qui croise les deux premiers cours de la question:

 

en vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié dans l’année, présentez les acteurs et les flux de la mondialisation.

 

 

INTRODUCTION

 

   La mondialisation est un processus de mise en relation généralisée des différents ensembles géographiques du monde. Elle se traduit par une multiplication des échanges (commerciaux, financiers, politiques, humains et culturels) et des liens d’interdépendance, résultat d’une division internationale du travail et de la production. Elle aboutit également à une hiérarchisation des territoires en fonction de leur plus ou moins grande intégration dans les échanges et leur plus ou moins grande capacité à en profiter.

 L'iPhone, produit de la FTN Apple, fondée par Steve Jobs, est une innovation majeure apparue en 2007. La croissance rapide de ses ventes, mobilisant différents acteurs et générant des flux variés offre un cas intéressant permettant de comprendre la mondialisation actuelle.

Alors en quoi l'iPhone est-il représentatif du fonctionnement de la mondialisation ?

Annonce du plan.

 

P. 1. L'iPhone, un produit révélateur des processus de la mondialisation des échanges.

 

 

1. La conception et la fabrication de l'iPhone mettent à jour très clairement les processus de la mondialisation ainsi que les flux que ces processus induisent.

 

A. La nouvelle division internationale du travail

 

  • caractéristiques de l'ancienne division internationale du travail basée sur la division Nord / Sud: voir cours sur l'iPhone / caractéristiques de la NDIT

 

  • Cas de l'iPhone:/ Multitude de pays concernés / conception dans la Silicon Valley: concentration d'entreprises centrées sur les nouvelles technologies comme le numérique et la communication (Google, Facebook, etc.) / éléments de l'iPhone fabriqués dans des pays très différents: exemples/ Assemblage en Chine dans l'entreprise Foxconn: rôle particulier de la Chine Chaque pays joue donc sur ses avantages comparatifs.

 

B. La révolution des transports et des communications

  • Utilisez le cours de l'iPhone sur les nouveaux moyens de transports
  • Utilisez la partie du cours sur l'iPhone pour montrer que Apple utilise pleinement cette révolution des transports
  • Ajoutez la révolution de la communication: voir cours sur la mondialisation acteurs et flux
  • Dans le cas de l'iPhone: pour synchroniser cette mondialisation de la production et tout concentré au bon moment dans l'usine d'assemblage de Foxconn à Shenzhen, il faut un réseau de communication instantané et mondialisé.
  • La fracture numérique existe pourtant qui fragilise certains territoires encore insuffisamment connectés au flux numériques: voir le cours sur mondialisation acteurs et flux: il y a une inégalité des territoires dans leur participation aux flux

 

C. La production de l'iPhone à travers la NDIT est aussi rendue possible par le libre échange des marchandises et des capitaux.  

 

  • définition de libre échange (taxes douanières / libéralisme économique)
  • Apple utilise aussi comme toutes les FTN la financiarisation de l'économie mondiale et la libéralisation des flux de capitaux : utilisez le cours mondialisation acteurs et flux: les flux financiers

 

 

D. La distribution de l'iPhone est mondialisée mais cette distribution reflète les inégalités mondiales.

  • voir la partie du cours de l'iPhone sur les réseaux des Appel stores
  • voir dans le cours sur les flux le phénomène de concentration des flux marchands sur les 3 pôles du commerce mondial.

 

 

Partie 2. Des acteurs divers interviennent dans la mondialisation de l'iPhone que l'on retrouve dans le fonctionnement de la mondialisation en général.

 

1. Le rôle central d'une FTN, APPLE.

 

  • Montrez ce qu'est une FTN et comment elles organisée: siège social = nationalité d'une FTN + extension mondiale de ses activités. Utilisez le cours de la mondialisation sur les acteurs (FTN)
  • Appliquez cela à Apple: identifiez son siège social / montrez que les managers d'Apple sont des personnes mondialement connues
  • Montrez que la FTN tire avantage de la mondialisation en précisant son chiffre d'affaire en croissance exceptionnelle.
  • Montrez que certaines FTN comme Appel utilisent le système des sous-traitants. Voir cours sur l'iPhone.
  • Mais montrez que cette FTN du Nord est de plus en plus concurrencée par les FTN du Sud et surtout asiatiques qui montent en puissance: utilisez le cours mondialisation: acteurs. Dans le cas de l'Iphone, la concurrence vient de Samsung (Corée du Sud) et des firmes chinoises.

 

 

2. Autres acteurs: les acteurs publics.

  • Rôle des Etats: voir cours sur la mondialisation: acteurs
  • voir l'appui de certains Etats pour qu'Appel développe une stratégie d'optimisation fiscale
  • Rôle des organisations internationales qui favorisent la mise en oeuvre du libre échange et l'intensification des échanges comme le FMI, l'OMC ou la Banque mondiale

 

3. Les ONG, qui constituent un autre type d'acteurs, ont contraint Apple à réagir:

  • Les conditions de travail des employés des sous-traitants d'Apple sont fréquemment dénoncées, Foxconn notamment, qui est réputé faire « travailler l'homme plus vite que la machine ».
  • Le coût écologique de l'Iphone est aussi souvent mis en évidence. Son empreinte écologique est forte (multiplication des transports lors de sa fabrication, forte consommation d'énergie, recyclage inexistant...) et son obsolescence programmée contraint les consommateurs à changer régulièrement de téléphone et à se débarrasser de l'ancien."
  • c'est sous la surveillance d'ONG comme Greenpeace par exemple qu'Appel a intégré le souci des énergies renouvelables ou la diminution des gaz à effet de serre dans la fabrication des iPhones.
  • Montre la variété et le rôle des ONG: cour sur les acteurs de la mondialisation

 

4. Les individus, consommateurs et citoyens

  • Montrez la stratégie commerciale de Appel basée sur l'innovation permanente
  • Montrez que les consommateurs d'iPhone sont valorisés par l'achat d'un iPhone.
  • Mais montrez aussi qu'il existe un mouvement altermondialiste qui est largement basée sur l'engagement des citoyens de nombreux pays sur la planète Voir cour sur les débats de la mondialisation. Ce mouvement lutte contre la surpuissance des FTN. Voir cours sur l'iPhone: les critiques apportées à l'iPhone

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 18:46

La mondialisation en fonctionnement: cours et sujets proposés au bac de TES

 

 

Trois cours sont associés dans cette question  sur le fonctionnement de la mondialisation:

 

- le cours sur un produit mondialisé

- le cours sur: processus, acteurs et débats

- le cours sur mobilités, flux et réseaux

 

 

Orientations pour le baccalauréat pour cette question sur le fonctionnement de la mondialisation

 

Les sujets de composition suivants sont envisageables :

en vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié dans l’année, présentez les processus, les flux et les acteurs de la mondialisation ;

 la mondialisation : processus, acteurs, débats;

 la mondialisation : processus, acteurs, flux, mobilités et réseaux.

 

Un croquis « Pôles et flux de la mondialisation » peut être demandé à l’examen.


 

L’étude critique d’un ou de deux documents (cartes, textes, images...) peut être demandée à l’examen pour l'épreuve courte.

 

Voici un plan possible pour le premier sujet proposé qui croise les trois cours de la question:

en vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié dans l’année, présentez les processus, les flux et les acteurs de la mondialisation.

 

 

INTRODUCTION

 

   La mondialisation est un processus de mise en relation généralisée des différents ensembles géographiques du monde. Elle se traduit par une multiplication des échanges (commerciaux, financiers, politiques, humains et culturels) et des liens d’interdépendance, résultat d’une division internationale du travail et de la production. Elle aboutit également à une hiérarchisation des territoires en fonction de leur plus ou moins grande intégration dans les échanges et leur plus ou moins grande capacité à en profiter.

 L'iPhone, produit de la FTN Apple, fondée par Steve Jobs, est une innovation majeure apparue en 2007. La croissance rapide de ses ventes, mobilisant différents acteurs et générant des flux variés offre un cas intéressant permettant de comprendre la mondialisation actuelle.

Alors en quoi l'iPhone est-il représentatif du fonctionnement de la mondialisation ?

Annonce du plan.

 

P. 1. L'iPhone, un produit révélateur des processus de la mondialisation des échanges.

 

 

1. La conception et la fabrication de l'iPhone mettent à jour très clairement les processus de la mondialisation ainsi que les flux que ces processus induisent.

 

A. La nouvelle division internationale du travail

 

  • caractéristiques de l'ancienne division internationale du travail basée sur la division Nord / Sud: voir cours sur l'iPhone / caractéristiques de la NDIT: voir cour mondialisation: processus.

 

  • Cas de l'iPhone:/ Multitude de pays concernés / conception dans la Silicon Valley: concentration d'entreprises centrées sur les nouvelles technologies comme le numérique et la communication (Google, Facebook, etc.) / éléments de l'iPhone fabriqués dans des pays très différents: exemples/ Assemblage en Chine dans l'entreprise Foxconn: rôle particulier de la Chine (voir article "Pourquoi l'iPhone en sera jamais produit aux EU".) Chaque pays joue donc sur ses avantages comparatifs.

 

B. La révolution des transports et des communications

  • Utilisez le cours de la mondialisation: processus et acteurs. La sous-partie sur la révolution des transports.
  • Utilisez la partie du cours sur l'iPhone pour montrer que Apple utilise pleinement cette révolution des transports
  • Ajoutez la révolution de la communication: voir cours sur la mondialisation sur processus et acteurs
  • Dans le cas de l'iPhone: pour synchroniser cette mondialisation de la production et tout concentré au bon moment dans l'usine d'assemblage de Foxconn à Shenzhen, il faut un réseau de communication instantané et mondialisé.
  • La fracture numérique existe pourtant qui fragilise certains territoires encore insuffisamment connectés au flux numériques: voir le 3e cours qui porte sur les flux et les réseaux

 

C. La production de l'iPhone à travers la NDIT est aussi rendue possible par le libre échange des marchandises et des capitaux.  

 

  • définition de libre échange (taxes douanières / libéralisme économique): voir cours mondialisation: processus, acteurs
  • Apple utilise aussi comme toutes les FTN la financiarisation de l'économie mondiale et la libéralisation des flux de capitaux : utilisez le cours sur les processus de la mondialisation et le cours 3 sur les flux financiers

 

 

D. La distribution de l'iPhone est mondialisée mais cette distribution reflète les inégalités mondiales.

  • voir la partie du cours de l'iPhone sur les réseaux des Appel stores
  • voir dans le cours sur les flux le phénomène de concentration des flux marchands sur les 3 pôles du commerce mondial dans le cours sur les flux.

 

Partie 2. Des acteurs divers interviennent dans la mondialisation de l'iPhone que l'on retrouve dans le fonctionnement de la mondialisation en général.

 

1. Le rôle central d'une FTN, APPLE.

 

  • Montrez ce qu'est une FTN et comment elles organisée: siège social = nationalité d'une FTN + extension mondiale de ses activités. Utilisez le cours de la mondialisation sur les acteurs (FTN)
  • Appliquez cela à Apple: identifiez son siège social / montrez que les managers d'Apple sont des personnes mondialement connues
  • Montrez que la FTN tire avantage de la mondialisation en précisant son chiffre d'affaire en croissance exceptionnelle. Montrez ce que coûte réellement un iPhone et la part des bénéfices
  • Montrez que certaines FTN comme Appel utilisent le système des sous-traitants. Voir cours sur l'iPhone.
  • Mais montrez que cette FTN du Nord est de plus en plus concurrencée par les FTN du Sud et surtout asiatiques qui montent en puissance: utilisez le cours mondialisation: acteurs. Dans le cas de l'Iphone, la concurrence vient de Samsung (Corée du Sud) et des firmes chinoises.

 

 

2. Autres acteurs: les acteurs publics.

  • Rôle des Etats: voir cours sur la mondialisation: acteurs
  • voir l'appui de certains Etats pour qu'Appel développe une stratégie d'optimisation fiscale
  • Rôle des organisations internationales qui favorisent la mise en oeuvre du libre échange et l'intensification des échanges comme le FMI, l'OMC ou la Banque mondiale

 

3. Les ONG, qui constituent un autre type d'acteurs, ont contraint Apple à réagir:

  • Les conditions de travail des employés des sous-traitants d'Apple sont fréquemment dénoncées, Foxconn notamment, qui est réputé faire « travailler l'homme plus vite que la machine ».
  • Le coût écologique de l'Iphone est aussi souvent mis en évidence. Son empreinte écologique est forte (multiplication des transports lors de sa fabrication, forte consommation d'énergie, recyclage inexistant...) et son obsolescence programmée contraint les consommateurs à changer régulièrement de téléphone et à se débarrasser de l'ancien."
  • c'est sous la surveillance d'ONG comme Greenpeace par exemple qu'Appel a intégré le souci des énergies renouvelables ou la diminution des gaz à effet de serre dans la fabrication des iPhones.
  • Montre la variété et le rôle des ONG: cour sur les acteurs de la mondialisation

 

4. Les individus, consommateurs et citoyens

  • Montrez la stratégie commerciale de Appel basée sur l'innovation permanente
  • Montrez que les consommateurs d'iPhone sont valorisés par l'achat d'un iPhone.
  • Mais montrez aussi qu'il existe un mouvement altermondialiste qui est largement basée sur l'engagement des citoyens de nombreux pays sur la planète Voir cour sur les débats de la mondialisation. Ce mouvement lutte contre la surpuissance des FTN. Exemple de Philippe Morris contre l'Uruguay (A voir en classe à la rentrée)
Repost 0
Published by france
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 12:30

 

Travail à réaliser afin de préparer le débat.

 

Questionnaire de préparation au débat du 07 /11 :

 

Lien de la vidéo à visionner : -  https://youtu.be/SDuv4ks9Uvs    A regarder du début jusqu’à 2:00 min

                                                    -  https://youtu.be/Mmb-qOz8Mxg   A regarder en entier

 

1.     Donnez une définition du mot « Burkini ».

 

 

 

2.     Quels-sont les problèmes que pose son utilisation ?

 

 

 

3.     Quelles mesures ont été prises par les collectivités pour y faire face?

 

 

 

4.     Ces décisions ont- elles été validée par toute la classe Politique ? Pourquoi ? Quel est votre avis ?

Repost 0
Published by france
commenter cet article
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 19:01
CROQUIS.  Pôles et flux de la mondialisation TERMINALE ES
CROQUIS.  Pôles et flux de la mondialisation TERMINALE ES
CROQUIS.  Pôles et flux de la mondialisation TERMINALE ES
CROQUIS.  Pôles et flux de la mondialisation TERMINALE ES
CROQUIS.  Pôles et flux de la mondialisation TERMINALE ES
CROQUIS.  Pôles et flux de la mondialisation TERMINALE ES

 

Les productions graphiques de la deuxième partie de l’épreuve

Liste des croquis de géographie pouvant donner lieu à sujets d’examen

Pour aider les professeurs et les élèves à préparer dans les meilleures conditions cet exercice, les sujets  de croquis proposés se limiteront à la liste suivante : 

  • Pôles et flux de la mondialisation.
  • Une inégale intégration des territoires dans la mondialisation.
  • Les espaces maritimes : approche géostratégique.
  • Les dynamiques territoriales des  Etats-Unis.
  • Les dynamiques territoriales du Brésil.
  • Le continent africain : contrastes de développement et inégale intégration dans la mondialisation.
  • Mumbai : inégalités et dynamiques territoriales.

 

Critères d’évaluation des croquis

L’évaluation des croquis portera  principalement sur les critères suivants :

  • qualité de la réalisation, lisibilité du croquis.
  • organisation de la légende, pertinence du choix des figurés ;
  • pertinence des informations portées sur le croquis par rapport au sujet posé : sélection, hiérarchisation des informations; validité des localisations et de la nomenclature ;

 

 

CONSIGNE: le croquis et sa légende sont à apprendre par coeur. La mémorisation suppose de refaire plusieurs fois de suite le croquis et d'apprendre la légende. Méthode de mémorisation: réaliser trois croquis différents correspondant chacun à une des trois parties de la légende. Puis photographier chacune de ces trois variantes séparément: la mémorisation est ainsi structurée et plus simple.

Le contrôle demandera, à partir de la liste des croquis proposés pour le bac, d'en réaliser un en une heure, sur un fond de carte, et la légende sur une feuille à part.

Pour le croquis 1,  référez-vous au PDF sur ce lien:

http://www.ac-grenoble.fr/webcurie/pedagogie/histgeo/IMG/pdf_poles_et_flux2014.pdf

 

Les images ci-dessus reprennent ce croquis et sa légende mais l'utilisation en PDF permet d'agrandir le croquis beaucoup plus

Pour le fond de carte, il s'agit d'une carte à projection polaire disponible sur ce lien et à imprimer:

 

http://www.histgeo.ac-aix-marseille.fr/ancien_site/carto/projectionpolaire/projectionpolaire04.pdf

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 11:29

L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France.

2e partie de l'épreuve du Bac

 

Consigne. Après avoir présenté le document, vous expliquerez de quelles manières les Français ont construit des mémoires de la Seconde Guerre mondiale et le rôle des historiens.

 

DOCUMENT. A propos du film Le Chagrin et la Pitié


"LE CHOC DU PASSÉ
Ce film, vous ne le verrez pas sur le petit écran auquel il était destiné. On tient, en haut lieu, les Français incapables de se regarder dans une glace, tels qu'ils furent, tels qu'ils se dépeignent eux-mêmes, tels qu'ils se jugent.[...]
Tout le monde le sait, mais il ne faut pas le dire. Le manteau d'hermine que Charles de Gaulle a jeté sur les guenilles de la France doit à jamais dissimuler qu'elle avait perdu non seulement la guerre, ce qui n'est rien, mais l'honneur. Et, que prise en bloc, elle s'en arrangeait assez bien.[...]
Le premier choc est dur. Pour peu que l'on ait eu plus de 15 ans en 1940, on en suffoque. On se tourne et on se retourne dans son fauteuil, comme si là, sur l'écran, on surprenait sa propre mère en posture honteuse. Pleurer soulagerait. Mais on ne pleure pas. On rage. [...]
La foule, fervente, agitant des petits drapeaux, acclamant le vieux soldat, parce que « en France, ça finit toujours par un militaire », dit cruellement un Anglais, le général Spears...
Maurice Chevalier chantant : « Ça sent si bon la France... » En 41. En 42. Pendant que le général Huntziger demandait aux Allemands « si nos deux pays ne pouvaient pas aller plus loin sur le plan de la collaboration militaire ». Il ne fallait pas avoir l'odorat sensible.
La brochette de vedettes de l'écran partant joyeusement visiter les studios de Berlin, de Vienne et de Munich... Le Dr Goebbels les accueillera. Le générique du film « Le Juif Süss », doublé en français, où apparaissent les noms des comédiens qui se sont prêtés à ce doublage...
Le pauvre visage de l'ouvrier cinématographié sur le quai de la gare de l'Est où il s'embarque pour aller travailler en Allemagne. Il est le cent millième. Merci M. Laval (Ministre de Pétain). Sans vous, c'est qu'il serait encore en chômage, vous savez !
Hitler devant la tour Eiffel, devant l'Opéra, montant les marches de la Madeleine, et, sur son passage, les agents de police saluant spontanément. Spontanément.
Tant et tant d'images qui font mal, de discours chevrotants, de proclamations ignobles ou imbéciles, que l'on croyait oubliés, que nous étions nombreux à avoir volontairement enfouis, pour toujours, dans le sable de la mémoire, parce que la vie, ce n'est jamais hier, c'est aujourd'hui.
Oui, le premier choc est dur. Il faut savoir que, au-delà de 40 ans, personne ne peut voir « Le Chagrin et la pitié » innocemment. Sans retrouver soit le goût amer de sa propre lâcheté, si l'on fut de la majorité, soit le tremblement de la fureur, si l'on fut des autres.[...]"


Françoise Giroud, L'Express, 3 mai 1971

 


 

CORRECTION.

Introduction.

Présenter le document / le contexte (1971): c'est un tournant dans l'histoire du mythe du résistancialisme / D'où la problématique: les Français vivront de longues années dans une illusion collective à l'égard de leur passé proche. Cette illusion est sur le point d'éclater. Les historiens, quant à eux, ont entretenu le mythe mais contribueront aussi à le remettre en question / Annonce du plan.

 

Partie 1. La fin d'un mythe.

- Expliquer la mise en place du mythe: utiliser des informations précises du cours.

- En revenir au texte et travailler sur la métaphore de la ligne 4: "Le manteau d'hermine que Charles de Gaulle a jeté sur les guenilles de la France doit à jamais dissimuler /.../" L'expliquer.

- Certains élèves ont ajouté un paragraphe sur les mémoires refoulées ou oubliées: ce n'était pas nécessaire dans la mesure ou le texte ne pose pas le problème de la mémoire juive. Le document détermine ce qu'il est nécessaire d'extraire du cours pour l'expliquer.

 

Partie 2. Les acteurs du "premier choc".

- Présenter le film et le cinéaste pour éviter une confusion: l'article de la journaliste ne montre pas ce que révèle le film mais seulement les images du film que la journaliste a choisi de retenir. Le documentaire met en image des résistants (les deux frères vus en cours) mais Françoise Giroud n'en parle pas:

·      Son témoignage est subjectif. Elle rédige l'article sous le coup de l'émotion: il faut donc travailler sur l'émotion qui le traverse. Elle est en train de construire une mémoire de l'événement à travers la vision du film.  

·      et opposez-les au résistancialisme.   Elle ne retient que les images qui s'opposent radicalement au mythe. Donner des exemples

·      Expliquer ce choc et cette partialité dans ce qu'elle retient du film.

 

 

- Les historiens:

·      Ils ont entretenu le mythe pendant des années. exemple: le manuel scolaire analysé en cours. Causes: pression sociale / archives officielles inaccessibles. Donner un exemple d'un historien de cette époque: Robert Aron et montrer sa thèse fausse.

·      Mais, à partir des années 1970, les historiens vont travailler à construire la vérité historique. D'abord parler de Robert Paxton, ses thèses / Puis utiliser la fin du cours en ligne: elle montre que aujourd'hui les historiens ne disent plus que les Français ont été lâches comme le dit l'auteure. La réalité a été beaucoup plus nuancée. La journaliste a une vision déséquilibrée de la réalité des Français sous l'occupation.

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 11:39

La mondialisation en fonctionnement

 

Cours 1:un produit mondialisé: l'iPhone

 

Cours 2. La mondialisation:
acteurs, flux et débats

 

Introduction.

Utilisez la définition de la mondialisation construite en introduction du cours sur l'iPhone.

Depuis les années 1980, la mondialisation est le nom associé à une organisation du monde qui intensifie  et diversifie de façon vertigineuse les relations entre les territoires, les hommes et les organisations. La Terre est devenue suivant l'expression de Marshall MacLuhan, une sorte de « village global ».

 

Le fonctionnement de la mondialisation est complexe et suscite débats et contestations (Cette dernière phrase énonce la problématique).

 

En effet, la mondialisation est pilotée par plusieurs types d'acteurs (P.1). Elle a généré des flux sans précédent (P. 2). La mondialisation a suscité de vifs débats en rapport avec les inégalités sociales, les crises économiques ou les limites de la planète à supporter nos économies (P.3).

 

Partie 1. Des acteurs multiples participent à l'organisation des échanges dans le monde

 

Il est possible de répartir les acteurs de la mondialisation en trois groupes pour en faire une typologie: d'abord les sociétés privés, ensuite les acteurs publics, puis les organisations non-gouvernementales et les individus.

1. Les acteurs privés

 

LES FIRMES TRANSNATIONALES. Les acteurs privés regroupent les entreprises intégrées à la mondialisation. Toutes les sociétés de grandes tailles profitent de la mondialisation, en dépendent et l'influencent. Les plus emblématiques sont les firmes transnationales (FTN) ou multinationales (FMN).

- Ces grandes compagnies, environ 100 000 entreprises, réalisent leurs activités dans plusieurs pays. Elles réalisent plus de la moitié des échanges mondiaux.

- Les FTN sont encore souvent originaires des pays du Nord et très souvent américaines. Elles contribuent à une nouvelle division internationale du travail en ce sens qu'elles profitent pleinement de l'industrialisation des pays du Sud: le Mexique, le Brésil, l'Inde, la Chine, les pays d'Asie du sud-est ou l'Afrique du Sud. Les entreprises du Nord y ont délocalisé une partie de leurs activités de production soit parce que la main d'oeuvre y est moins chère, soit parce qu'elle y est plus flexible, soit pour les deux raisons à la fois. Utilisez ici l'exemple de la production de l'iPhone.

- Mais à partir des années 2000, des FTN originaires du Sud sont apparues, ce qui rend très discutable la fameuse délimitation Nord (pays industriels et développés)/Sud (pays peu industrialisés et peu développés). Si la plupart sont d’origine asiatique (chinoises ou indiennes, mais pas seulement), on assiste aujourd’hui à l’émergence de FTN d’origine sud américaine. Exemple: Natura (Bresil) leader des cosmétiques, Haier (Chine), dans l'électroménager, Turkish Airlines (Turquie) ou Etihad Airways (Emirats Arabes Unis) dans le domaine des transports aériens, Huawei (Chine) dans le secteur des smartphones. Au final, ces FTN du Sud seraient aujourd’hui presque 30% du total des FTN. Elles redessinent donc la carte des échanges, notamment en introduisant de puissants flux Sud-Sud : rachat par des entreprises chinoises ou indiennes d'entreprises syriennes ou colombiennes dans l'activité pétrolière, investissements chinois vers l’Afrique, etc.

 

Les ORGANISATIONS ILLEGALES. Se rajoutent comme acteurs privés les organisations illégales, notamment celles engagées dans la production, le transport et le trafic de drogues. Les cartels colombiens et les réseaux de passeurs mexicains sont des acteurs mondialisés.


2. Les acteurs publics

Les acteurs publics désignent les États, leurs institutions (agences, ministères et fondations dépendant d'un gouvernement) ainsi que les organisations supranationaux (regroupant plusieurs États).

 

Les ETATS.

- Traditionnellement, les États peuvent favoriser ou limiter leur ouverture vis-à-vis du reste du monde, notamment sur le plan économique par leur politique douanière ou leur législation (marché réglementé, limitation des investissements étrangers, choix de normes contraignantes, etc.). Les États sont en concurrence entre eux pour attirer les investissements des FTN: ils mettent en avant leurs avantages comparatifs dans la NDIT avec, par exemple, une baisse de la pression fiscale sur le bénéfices des FTN ou une politique de limitation de l'augmentation des salaires. 

- Le principal acteur étatique, le plus puissant et qui influence presque tous les autres, c'est les États-Unis. Leur rôle est essentiel dans la diffusion du libre-échange (actuellement le TAFTA ou traité de libre échange entre les Etats-Unis et l'UE en cours de négociation.

- Certains États sont presque fermés aux échanges internationaux, y compris diplomatiques : c'est le cas du Bhoutan qui est un Etat installé dans la chaîne de l'Himalaya. Il accueille seulement deux ambassades (celles de l'Inde et du Bangladesh). Le royaume était fermé au tourisme jusqu'en 1974. Il limite aujourd'hui fortement les entrées touristiques pour préserver l'environnement et le mode de vie des habitants.

 

LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES GLOBALES ou REGIONALES.

- Les États se regroupent au sein d'organisations internationales à échelle globale ou mondiale: les Nations unies, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui travaille à développer le libre échange, le Fonds monétaire international (FMI) qui intervient dans les pays en crise économique ou la Banque mondiale qui favorise le développement économique des pays, le FAO (Food and Agriculture Organization) qui dépend de l'ONU et dont le but est d'éradiquer la faim dans le monde, etc.

- D'autres organisations sont régionales comme l'Union européenne, l'Union africaine, l'ASEAN+3 (Association of Southeast Asian Nations qui regroupe dix pays d'Asie du Sud-Est+ 3 qui sont la 
Chine, le Japon et la Corée du Sud). Vis-à-vis de la mondialisation, le rôle de ces organisations peut être de favoriser les échanges ou de les réguler.

 

3. Les ONG et les individus

- Les organisations non-gouvernementales (ONG) regroupent des associations caritatives, ou des groupes de pression. Plusieurs de ces ONG sont régulièrement en confit avec les entreprises privées, les États et les organisations internationales. Exemples:

·      Greenpeace (protection de l'environnement) dont le siège est à Amsterdam,

·      Croix-Rouge (humanitaire), à Genève

·      Human Rights Watch (droits humains) à New York

·      Médecins sans frontières (humanitaire), à Genève

·      Amnesty International (droits des prisonniers), à Londres, etc.

- Quant aux individus, leur rôle en temps qu'acteurs est assez limité étant donné leur grande variété. Certains se rassemblent au sein de groupes de pression, qui peuvent être des ONG, des associations de consommateurs ou des syndicats. Ils s'opposent à une mondialisation libérale des échanges qui met en concurrence acharnée les Etats, les entreprise et donc les travailleurs eux-mêmes. Ils forment le mouvement de l'« altermondialisme », présent dans de nombreux pays, dénonçant les effets négatifs de la mondialisation et du libre échange.

 

Les relations entre les acteurs de la mondialisation varie donc de la coopération à la confrontation.

 

Partie 2. Des flux polarisés.

 

Ces différents acteurs génèrent des flux entre eux. Il s'agit de flux de marchandises, de flux humains et de flux immatériels (données et services). Ces flux sont tous en augmentation.

1. Les flux de marchandises ont connu une amplification sans précédent dans les échanges mondiaux. La valeur des flux a été multipliée par 300 en 60 ans passant de 59 Md$ à plus de 18 000 Md$. en2013.

Cette croissance s’explique de multiples facteurs dont les plus importants sont les révolutions du transport et des Technologies d’Information de Communication (TIC), le développement du libre-échange, la NDIT et la généralisation du capitalisme financier.

- les produits agricoles : Ils représentent 9% des produits échangés (1 600 Md$ en 2013).

- le commerce des hydrocarbures, du charbon et des minerais a également fortement progressé. Il a doublé en 30 ans. Il représente 23% des échanges soit environ 4 100Md$ en 2013.
Les pays pétroliers sont au Moyen-Orient, en Afrique de l’Ouest (Nigeria) et du Nord (Algérie, Lybie), en Amérique latine (Venezuela) et en Russie.

- les produits manufacturés: ils représentent 66% du commerce mondial pour un total de 12 000Md$. Le commerce international de produits manufacturés a sextuplé en 30 ans témoignant d’une nouvelle Division Internationale du Travail (DIT) à laquelle recourent les FTN s’installant dans des pays-ateliers.

2. Les flux de services sont également concernés par le processus de mondialisation. Ils représentent actuellement 21% des échanges mondiaux en valeur. " Les " flux invisibles " ont connu un accroissement spectaculaire. S’il est une expression caractéristique de la mondialisation, c’est sans doute celle de "village planétaire". Le développement des nouveaux médias (télévision, radio, Internet) favorise la transmission des informations à travers les quatre coins de la planète, faisant de chacun un membre du "village planétaire". Les grands réseaux d’information, comme CNN, sont reçus partout à travers le monde.

3. Les flux de capitaux.

Les réseaux financiers
Les flux financiers relient entre eux les grandes Bourses mondiales. Tous les ans, près de 10 000 milliards de dollars circulent entre les grandes places financières mondiales. Les principaux pôles qui structurent ces flux sont les Bourses de New York (Wall Street et NASDAQ), Londres (la City) et Tokyo (Tokyo Stock Exchange). Les flux financiers se développent cependant de plus en plus vers des places émergentes, notamment les Bourses de Shanghai ou Hong Kong.

• Les flux d'IDE
Les Investissements directs à l'étranger (IDE) sont les mouvements de capitaux provenant des entreprises ou du fonds souverain d'un État et qui sont investis dans  tel ou tel secteur de l'économie d'un autre Etat . On distingue les IDE entrants et les IDE sortants. On constate que les membres de la Triade polarisent 65 % de ces deux types d'IDE, mais que certains pays émergents comme le Brésil et la Chine bénéficient de flux entrants importants qui soutiennent la croissance de leur économie.

4. Les mobilités humaines.

- Les migrations internationales constituent bien un autre aspect de la mondialisation.

- Depuis 1980, le nombre de migrants dans le monde a triplé. Il y aurait actuellement plus de 230 millions de personnes vivant hors de leur pays de naissance (Les migrants représentent environ 3% de l’humanité.


Les motifs de départ sont nombreux: les raisons familiales (mariages, regroupement familiale),- les réfugiés qui fuient les violences mais aussi les catastrophes naturelles,
- les étudiants qui pour certains resteront travailler dans le pays où ils ont effectué leurs études, - les migrations économiques.

- Ces flux lient les pays développés aux pays moins développés et qui leur sont le plus proche : Amérique latine et Asie pour l’Amérique du Nord, Afrique et Asie pour l’Europe, Asie pour l’Océanie.

- Parmi les pays émergents, certains constituent donc des pôles d’immigration : les pays pétroliers du Moyen-Orient, le Brésil et le Venezuela en Amérique latine, ou des pays côtiers d’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Cote d’Ivoire) pour les pays sahéliens.

- le tourisme international.


- Le tourisme international illustre une autre facette de la mise en relation du monde. Près d’un milliard de touristes internationaux était comptabilisé chaque année. La France, l’Espagne, les Etats-Unis et l’Italie sont les quatre principales destinations avec près du tiers des déplacements observés. Activité motrice du développement économique pour certaines régions du monde, c’est un secteur sujet à de nombreuses variations en fonction des conjonctures économiques ou des situations de crises, notamment pour les pays du Sud méditerranéen.

Bilan de cette partie 2. La mondialisation des flux produit donc deux phénomènes: une amplification des flux matériels et immatériels mais aussi une inégalité des territoires qui participent à ces flux.

Partie 3. Une mondialisation en débat

 

1. La mondialisation a eu des aspects positifs incontestables:

- dans le monde, la proportion des personnes vivant dans la très grande pauvreté (moins de 1,25 dollar par jour) recule régulièrement : 46% en 1990, 22% en 2008, peut être 15% en 2015.

- Ces dernières décennies, des centaines de millions de personnes sont sorties de la pauvreté en Chine et en Inde. Les NPIA, Nouveaux Pays Industrialisés Asiatiques, et certains autres pays émergents ont connu un développement économique et social très marqué (Chili, Malaisie, Venezuela).

- La mondialisation des échanges a aussi permis: un accès plus facile à la culture, une coopération scientifique internationale dans de multiples domaines (climat, alertes, recherche), un développement des soins (campagnes de vaccination par ex)

2. Mais ce processus d'intensification des échanges et des conditions dans lesquelles il se réalise peuvent soulever des débats.

A. Le premier problème est un problème de gouvernance: les FTN et les acteurs financiers ont un pouvoir inédit à échelle mondiale. Quelles limites y-a-t-il à leur pouvoir?

- La crise financière puis économique qui se déroule depuis 2008, a, pour origine, les risques insensés pris par les acteurs financiers (banques, investisseurs) et par la grande liberté de manoeuvre dont ils bénéficient. Cette crise a provoqué la dégradation de l’emploi et de l’activité économique: les pays développés ont connu un pic historique de 8,5% des actifs en chômage en 2009 (48 millions de personnes ont perdu leurs emplois dans cette crise et dans ce type de pays). Les BRICS ont vu leur croissance ralentir et là encore le chômage et les faillites d'entreprises ont progressé.

Les Etats ont des difficultés à contrôler la finance internationale et à en limiter la prise de risques.

B. Depuis quelques années, la mondialisation est souvent accusée dans les pays du nord de précariser le travail en mettant en concurrence de façon déloyale les travailleurs des pays développés avec ceux des pays du sud bien moins protégés socialement et aux salaires plus faibles. Certains réclament le retour au protectionnisme c'est-à-dire à une remise en question du libre échange.

C. Le débat porte ensuite sur les effets environnementaux de cette intensification des échanges mondiaux. Les transports consomment toujours plus d’énergie ; les économies de carburant réalisées grâce au progrès technique sont effacées par la hausse des kilomètres parcourus et la croissance du parc automobile mondial (environ 1 milliards de véhicules particuliers, une croissance de 30 à 40 millions de véhicules par an).

3. Le mouvement altermondialiste propose des projets alternatifs.

- Plus de 50 000 Organisation Non Gouvernementales contribuent à atténuer et à contester les dérives de la mondialisation libérale. Des ONG comme Greenpeace, Oxfam, MSF, Amnisty International sont devenues d’incontournables acteurs. On pourrait également citer les syndicats et les associations qui interviennent dans le débat sur la mondialisation.

- Partout dans le monde des citoyens estiment que la mondialisation libérale présente des aspects néfastes : ils ne contestent pas la mondialisation mais souhaitent que celle ci soit moins dictée par les règles du libéralisme, on parle alors d’altermondialistes.

- Ils agissent continuellement, avec parfois des temps forts comme les forums sociaux mondiaux où toutes les composantes du mouvement altermondialiste se retrouvent dans une ville et mettent en forme des propositions de contrôle de la mondialisation. Ce sont ces mêmes citoyens qui, il y a quelques années, s’affirment dans des mouvements très médiatisés (occupy wall street aux Etats-Unis, mouvement des indignés en Espagne ou en Grèce ou Nuit debout en France…).

- Dans les faits, bien peu d’alternatives existent en réalité. La plus poussée d’entre elles étant liée au commerce équitable et au développement durable.

- On voit mal aujourd’hui encore le poids du mouvement altermondialiste dans les processus de mondialisation. Depuis l’éclatement de la crise de 2008, ils sont inaudibles, car les populations sont plus sensibles aux discours sur la croissance (et la création d’emplois), qu’aux initiatives pour la préservation de l’environnement.

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 19:21
Correction du travail sur Rotterdam TERMINALE ES
Correction du travail sur Rotterdam TERMINALE ES
Correction du travail sur Rotterdam TERMINALE ES
Correction du travail sur Rotterdam TERMINALE ES
Correction du travail sur Rotterdam TERMINALE ES
Correction du travail sur Rotterdam TERMINALE ES
Correction du travail sur Rotterdam TERMINALE ES
Correction du travail sur Rotterdam TERMINALE ES

 

 

    Définition de la mondialisation: voir cours sur l'iPhone (introduction, prise de note en classe)

    Localisation de Rotterdam: Pays-Bas, dans la mégalopole européenne, premier port européen, ouverture sur la mer du Nord

    Lier les 2 paragraphes précédent pour définir la problématique: la mondialisation des échanges de marchandises repose sur des infrastructures essentielles pour son fonctionnement: les grands ports mondiaux dont Rotterdam est un exemple. Comment ce port est-il donc organisé pour assurer son rôle dans la mondialisation des échanges?

    Annonce du plan.

 

 

 

 

1. Des infrastructures portuaires importantes

 

- une zone industrialo-portuaire de 50km le long du Rhin

 

- une division de l'espace portuaire entre zone de stockage et de transformation des hydrocarbures et zone de stockage des conteneurs. Rôle des conteneurs

 

2. Un effort d'adaptation aux progrès des transports de marchandises

 

- Création de terre-pleins artificiels à l'embouchure du Rhin pour les porte-conteneurs ou les pétroliers géants

 

- plate-forme multimodale dans la ZIP

 

3. Une ouverture mondiale

 

- Avant-pays maritime / Façade maritime / Interface mondiale /Principale route maritime mondiale

 

- Arrière-pays / quadruple réseaux de transports européens

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 19:21

La mondialisation en fonctionnement

 

Cours 1: un produit mondialisé: l'iPhone

 

Cours 2. La mondialisation:
processus, acteurs et débats

Introduction.

Depuis les années 1980, la mondialisation est le nom associé à une organisation du monde qui intensifie  et diversifie de façon vertigineuse les relations entre les territoires, les hommes et les organisations. La Terre est devenue suivant l'expression de Marshall MacLuhan, une sorte de « village global ».

Reprenez la définition de la mondialisation donnée dans l'introduction du cours sur l'iPhone.

Le fonctionnement de la mondialisation est complexe et suscite débats et contestations (Cette dernière phrase énonce la problématique). En effet, la mondialisation est issue de plusieurs processus qui se sont associés les uns aux autres (P.1). Les acteurs qui pilotent ce système-monde sont multiples (P.2). La mondialisation a suscité de vifs débats en rapport avec les inégalités sociales, les crises économiques, l'"uniformisation" des cultures ou les limites de la planète à supporter nos économies (P.3).

 

P1. Plusieurs processus à l'oeuvre dans la mise en place de la mondialisation

 

La mondialisation est le fruit de plusieurs logiques croisées.

1. Le fruit de plusieurs siècles de mondialisation

• L'Europe et la découverte du monde
À la fin du XVe siècle, les Européens se sont lancés à la découverte, puis à la conquête du monde. Espagnols et Portugais développent le premier système d'échange à l'échelle du monde entre l'Europe d'une part et l'Amérique et l'Asie d'autre part

• Les héritages des xixe et xxe siècles
Au xixe siècle, la colonisation européenne, essentiellement britannique et française, développe elle aussi un système d'échanges mondiaux, marqué par la domination politique du monde et la constitution d'immenses empires en Afrique et en Asie.

La mondialisation libérale
Au xxe siècle, à mesure que s'accroît le poids des États-Unis et que s'efface le système colonial, les échanges dans le monde s'intensifient et sont régis essentiellement par les règles du libéralisme économique. Le libéralisme économique vise la baisse progressive des taxes douanières et la libéralisation des échanges. Ces règles triomphent avec la fin du bloc soviétique puis de l'URSS en 1991.

- La montée en puissance du BRICS dans les années 2000 crée un monde polycentrique

2. Une révolution des transports

- Des transports plus rapides et plus efficaces
Tous les types de transport sont devenus plus performants et ont contribué à l'intensification du processus de mondialisation. Dans les transports terrestres, on voit se développer les réseaux autoroutiers et ferroviaires (trains à grande vitesse comme le TGV en France ou le Shinkansen au Japon). Les transports maritimes sont marqués par la conteneurisation. Le transport aérien s'est fortement intensifié.

- Une organisation des transports qui devient complexe
La mondialisation des marchandises ou des passagers repose désormais sur le croisement des différents moyens de transport dans des lieux stratégiques (aéroports, gares, ports) dans le but de fluidifier le trafic. On parle de « multimodalité ». Par ailleurs, dans certains lieux, les flux  sont déviés et concentrés dans des « hubs » d'où ils sont redirigés vers d'autres lieux: c'est le cas des plus grands aéroports ou ports du monde. C'est aussi le cas pour les flux d'informations qui parcourent le monde à la vitesse de la lumière.

 

3. Une révolution des communications

Le développement des ordinateurs, de la téléphonie mobile, la mise en réseaux (internet), la pose de câbles, de fibres optiques,  sont autant de facteurs qui tendent à rendre les déplacements d'informations instantanés et presque partout dans le monde.

 

4. Une nouvelle division internationale du travail

Tout ce processus a pour conséquence une baisse réelle du coût des transports, à tel point que les FTN (Firmes transnationales) ont pu chercher à tirer profit des avantages comparés des différents territoires sans que l'éloignement des uns et des autres restent un problème central comme dans le passé: ces avantages comparés par pays sont ceux des coûts de production, des coûts salariaux, des régulations ou au contraire de l’absence de règles sociales, environnementales etc.. Les territoires du monde sont donc mis en concurrence les uns par rapport aux autres. Cela se voit à toutes les échelles: associations de pays, pays, régions, villes.

A partir de là, la division internationale du travail a connu un nouvel essor, au point que l’on parle désormais de Nouvelle Division Internationale du Travail (NDIT) qui serait l’un des marqueurs les plus forts de la  mondialisation actuelle.

 

5. La financiarisation de l'économie.

L’augmentation massive des échanges a été accompagnée par une augmentation très grande des flux financiers (capitaux, investissements).

La mondialisation financière témoigne aussi d’une recherche de profits immédiats dans une logique spéculative bien plus que de la volonté de porter des investissements sur le long terme. C’est aspect là est très vivement critiqué et fut plusieurs fois objet de volonté de contrôle de la part des Etats (notamment après la crise de 2008-2011), tant les conséquences sociales pour les populations (Nord d’abord puis par ricochet Sud ensuite) sont dévastatrices (banqueroutes, faillites, chômage, choix budgétaires draconiens de la part des Etats, radicalisation de certaines franges de la population – votes extrêmes ou mouvement contestataires violents).

 

P.2 – Les principaux acteurs des processus de la mondialisation

Il est possible de répartir les acteurs de la mondialisation en trois groupes pour en faire une typologie: d'abord les sociétés privés, ensuite les acteurs publics, puis les organisations non-gouvernementales et les individus.

1. Les acteurs privés

 

LES FIRMES TRANSNATIONALES. Toutes les sociétés de grandes tailles profitent de la mondialisation, en dépendent et l'influencent. Les plus emblématiques sont les firmes transnationales (FTN) ou multinationales (FMN).les entreprises intégrées à la mondialisation. Les acteurs privés regroupent

- Ces grandes compagnies, environ 100 000 entreprises, réalisent leurs activités dans plusieurs pays. Elles réalisent plus de la moitié des échanges mondiaux.

- Elles sont encore souvent originaires des pays du Nord et très souvent américaines. Elles contribuent à une nouvelle division internationale du travail en ce sens qu'elles profitent pleinement de l'industrialisation des pays du Sud: le Mexique, le Brésil, l'Inde, la Chine, les pays d'Asie du sud-est ou l'Afrique du Sud. Les entreprises du Nord y ont délocalisé une partie de leurs activités de production soit parce que la main d'oeuvre y est moins chère, soit parce qu'elle y est plus flexible, soit pour les deux raisons à la fois. Utilisez ici l'exemple de la production de l'iPhone.FTN- Les

- Mais à partir des années 2000, des FTN originaires du Sud sont apparues, ce qui rend très discutable la fameuse délimitation Nord (pays industriels et développés)/Sud (pays peu industrialisés et peu développés). Si la plupart sont d’origine asiatique (chinoises ou indiennes, mais pas seulement), on assiste aujourd’hui à l’émergence de FTN d’origine sud américaine. Exemple: Natura (Bresil) leader des cosmétiques, Haier (Chine), dans l'électroménager, Turkish Airlines (Turquie) ou Etihad Airways (Emirats Arabes Unis) dans le domaine des transports aériens, Huawei (Chine) dans le secteur des smartphones. Au final, ces FTN du Sud seraient aujourd’hui presque 30% du total des FTN. Elles redessinent donc la carte des échanges, notamment en introduisant de puissants flux Sud-Sud : rachat par des entreprises chinoises ou indiennes d'entreprises syriennes ou colombiennes dans l'activité pétrolière, investissements chinois vers l’Afrique, etc.

 

 

Les ORGANISATIONS ILLEGALES

. Se rajoutent comme acteurs privés les organisations illégales, notamment celles engagées dans la production, le transport et le trafic de drogues. Les cartels colombiens et les réseaux de passeurs mexicains sont des acteurs mondialisés.

 


2. Les acteurs publics

    Les acteurs publics désignent les Etats et les associations d'Etats que sont les organisations internationales.

Les ETATS.

  - Traditionnellement, les États peuvent favoriser ou limiter leur ouverture vis-à-vis du reste du monde, notamment sur le plan économique par leur politique douanière ou leur législation (marché réglementé, limitation des investissements étrangers, choix de normes contraignantes, etc.). Les États sont en concurrence entre eux pour attirer les investissements des FTN: ils mettent en avant leurs avantages comparatifs dans la NDIT avec, par exemple, une baisse de la pression fiscale sur le bénéfices des FTN ou une politique de limitation de l'augmentation des salaires.

- Le principal acteur étatique, le plus puissant et qui influence presque tous les autres, c'est les États-Unis. Leur rôle est essentiel dans la diffusion du libre-échange (actuellement le TAFTA ou traité de libre échange entre les Etats-Unis et l'UE en cours de négociation.

- Certains États sont presque fermés fermés aux échanges internationaux, y compris diplomatiques : c'est le cas du Bhoutan qui est un Etat installé dans la chaîne de l'Himalaya. Il accueille seulement deux ambassades (celles de l'Inde et du Bangladesh). Le royaume était fermé au tourisme jusqu'en 1974. Il limite aujourd'hui fortement les entrées touristiques pour préserver l'environnement et le mode de vie des habitants. presque- Certains États sont

 

LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES GLOBALES ou REGIONALES.

- Les États se regroupent au sein d'organisations internationales à échelle globale ou mondiale: les Nations unies, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui travaille à développer le libre échange, le Fonds monétaire international (FMI) qui intervient dans les pays en crise économique ou la Banque mondiale qui favorise le développement économique des pays, le FAO (Food and Agriculture Organization) qui dépend de l'ONU et dont le but est d'éradiquer la faim dans le monde, etc.

- D'autres organisations sont régionales comme l'Union européenne, l'Union africaine, l'ASEAN+3 (Association of Southeast Asian Nations qui regroupe dix pays d'Asie du Sud-Est+ 3 qui sont la 
Chine, le Japon et la Corée du Sud). Vis-à-vis de la mondialisation, le rôle de ces organisations peut être de favoriser les échanges ou de les réguler.

 

3. Les ONG et les individus

- Les organisations non-gouvernementales (ONG) regroupent des associations caritatives, ou des groupes de pression. Plusieurs de ces ONG sont régulièrement en confit avec les entreprises privées, les États et les organisations internationales. Exemples: Les organisations non-gouvernementales (ONG)-

·      Greenpeace (protection de l'environnement) dont le siège est à Amsterdam,

·      Croix-Rouge (humanitaire), à Genève

·      Human Rights Watch (droits humains) à New York

·      Médecins sans frontières (humanitaire), à Genève

·      Amnesty International (droits des prisonniers), à Londres, etc.

- Quant aux individusleur rôle en temps qu'acteurs est assez limité étant donné leur grande variété. Certains se rassemblent au sein de groupes de pression, qui peuvent être des ONG, des associations de consommateurs ou des syndicats. Ils s'opposent à une mondialisation libérale des échanges qui met en concurrence acharnée les Etats, les entreprises et donc les travailleurs eux-mêmes. Ils forment le mouvement de l'« altermondialisme », présent dans de nombreux pays, dénonçant les effets négatifs de la mondialisation et du libre échange.Quant aux individus-

 

Les relations entre les acteurs de la mondialisation varie donc de la coopération à la confrontation.

 

 

Partie 3. Une mondialisation en débat

 

1. La mondialisation a eu des aspects positifs incontestables:

- dans le monde, la proportion des personnes vivant dans la très grande pauvreté (moins de 1,25 dollar par jour) recule régulièrement : 46% en 1990, 22% en 2008, peut être 15% en 2015.

- Ces dernières décennies, des centaines de millions de personnes sont sorties de la pauvreté en Chine et en Inde. Les NPIA, Nouveaux Pays Industrialisés Asiatiques, et certains autres pays émergents ont connu un développement économique et social très marqué (Chili, Malaisie, Venezuela).

- La mondialisation des échanges a aussi permis: un accès plus facile à la culture, une coopération scientifique internationale dans de multiples domaines (climat, alertes, recherche), un développement des soins (campagnes de vaccination par ex)

 

 

2. Mais ce processus d'intensification des échanges et des conditions dans lesquelles il se réalise peuvent soulever des débats.

A. La mondialisation n’a pas mis fin au cycle des crises : celle qui se déroule depuis 2008 et a provoqué la dégradation de l’emploi et de l’activité économique ; l’OCDE a connu un pic historique de 8,5% des actifs en chômage en 2009 (48 millions de personnes), les BRICS ont vu leur croissance ralentir : 2,7% au Brésil en 2011 contre 7,5% en 2010.

Il faut également citer les crises alimentaires dues non pas tant aux aléas climatiques qu'à la hausse des cours mondiaux des produits agricoles et ce malgré de bonnes récoltes: une hausse importante des prix agricoles s’est manifestée depuis 2007. Elle a ralentit le rythme de réduction de la sous- alimentation dans le monde ; des centaines de millions de personnes restent sous-alimentées parce que les produits de base comme les céréales sont devenues trop chères (925 M en 2008, + d’1 milliard en 2009, 868 millions en 2011).

B. Depuis quelques années, la mondialisation est souvent accusée dans les pays du nord de précariser le travail en mettant en concurrence les travailleurs des pays développés avec ceux des pays du sud bien moins protégés socialement et aux salaires plus faibles. Certains réclament le retour au protectionnisme.

C. Le débat porte ensuite sur les effets environnementaux de cette intensification des échanges mondiaux. Les transports consomment toujours plus d’énergie ; les économies de carburant réalisées grâce au progrès technique sont effacées par la hausse des kilomètres parcourus et la croissance du parc automobile mondial (environ 1 milliards de véhicules particuliers, une croissance de 30 à 40 millions de véhicules par an). A l’heure actuelle les réserves prouvées de pétrole sont de 44 ans et celles de charbon de 183 ans.

3. Le mouvement altermondialiste propose des projets alternatifs.

- Plus de 50 000 Organisation Non Gouvernementales contribuent à atténuer et à contester les dérives de la mondialisation libérale. Des ONG comme Greenpeace, Oxfam, MSF, Amnisty International sont devenues d’incontournables acteurs. On pourrait également citer les syndicats et les associations qui interviennent dans le débat sur la mondialisation.

- Partout dans le monde des citoyens estiment que la mondialisation libérale présente des aspects néfastes : ils ne contestent pas la mondialisation mais souhaitent que celle ci soit moins dictée par les règles du libéralisme, on parle alors d’altermondialistes.

- Ils agissent continuellement, avec parfois des temps forts comme les forums sociaux mondiaux qu’ils organisent au moment des sommets du G8. Ce sont ces mêmes citoyens qui aujourd’hui s’affirment dans des mouvements très médiatisés (occupy wall street, mouvement des indignés…).

- Dans les faits, bien peu d’alternatives existent en réalité. La plus poussée d’entre elles étant liée au commerce équitable et au développement durable.

- On voit mal aujourd’hui encore leur poids dans les processus de mondialisation. Depuis l’éclatement de la crise de 2008, ils sont inaudibles, car les populations sont plus sensibles aux discours sur la croissance (et la création d’emplois), qu’aux initiatives pour la préservation de l’environnement.

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article