Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 19:02
EMC L'hôpital et la laïcité TES et TS
EMC L'hôpital et la laïcité TES et TS
EMC L'hôpital et la laïcité TES et TS
EMC L'hôpital et la laïcité TES et TS

Sujet de débat.

À partir de l’exemple de l’hôpital, les élèves sont amenés à débattre du principe de laïcité et des problèmes éventuels engendrés à son propos. 

 

1er lien.

http://education.francetv.fr/matiere/education-civique/seconde/video/laicite-a-l-hopital-il-y-a-une-fausse-paix-dans-les-hopitaux

 

2e lien.

http://www.gouvernement.fr/guide-laicite-et-gestion-du-fait-religieux-dans-les-etablissements-publics-de-sante-3855

 

Pour préparer le débat de la prochaine séance, il est demandé aux élèves de répondre à ces 4 questions.

   

1.Qu'est-ce que la laïcité en France? Comment est-elle organisée dans d'autres pays européens?
2. Quels sont les différents point de vue sur la laïcité à l'hôpital  qui sont exprimés dans la vidéo? Qu'en pensez-vous?
3. Pouvez-vous faire une recherche sur internet à ce sujet? Notez les liens des pages les plus intéressantes et résumez ce que vous avez découvert. Placez le tout sur votre clé USB
4. Quelles sont les prescriptions édictées à l'égard du personnel hospitalier et à l'égard des patients dans le guide de la laïcité à l’hôpital ? Lire en particulier les cadres rouges car ils exposent des situations possibles de tensions. Qu'en pensez-vous?
Repost 0
Published by france
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 18:40
Un produit mondialisé TERMINALE ES
Un produit mondialisé TERMINALE ES
Un produit mondialisé TERMINALE ES
Un produit mondialisé TERMINALE ES
Un produit mondialisé TERMINALE ES
Un produit mondialisé TERMINALE ES
Un produit mondialisé TERMINALE ES
Un produit mondialisé TERMINALE ES

La mondialisation en fonctionnement

 

Etude de cas: un produit mondialisé.

L'IPhone d'Apple

 

 

 

 

INTRODUCTION.

 

Aujourd’hui, le nombre d'utilisateurs de smartphones atteint 2,1 milliards.

Plus de 35% de la population mondiale en seront équipés en fin d’année. Ce produit, apparu dans les années 90, a fait l’objet d’une diffusion rapide et d’innovations technologiques importantes.

 

Apple,  une firme transnationale étatsunienne, spécialisée à la base dans l’informatique et non dans la téléphonie mobile, en a fait l’un des fers de lance de sa production industrielle. Commercialisé depuis 2007 sous le nom d’IPhone, ce smartphone (téléphone portable couplé à un accès internet) équipe désormais nombre d’utilisateurs de par le monde.

 

L’IPhone est emblématique des produits mondialisés car

  • Il est devenu leader mondial des ventes de smartphones.
  • Les étapes de sa fabrication, de son assemblage, de sa distribution etde  sa consommation reflètent la façon dont des acteurs économiques, éparpillés dans le monde, travaillent en synergie. 

 

 

Problématiques:

 

Quelles sont les grandes étapes de la fabrication de ce produit mondialisé ?

Quels acteurs et réseaux interviennent dans la distribution de l’Iphone ? Avec quelle stratégie commerciale?

Quelles critiques suscite ce produit?

 

 

Annonce du plan:

 

P. 1. Les étapes de la production et de la post-production.

P.2. Acteurs, réseaux et critiques. 

 

 

 

 

 

Partie I. Pré-production, production et post-production.

 

 1. La conception et le design

  • L’iPhone est élaboré par les ingénieurs - principalement des américains et des asia- tiques - d’Apple dans les locaux du siège social de la firme à Cupertino, en Californie, au cœur de la Sillicon Valley. Il s’agit du premier téléphone totalement tactile et fonctionnant par applications. Tout a été mis en œuvre pour que la facilité d’utilisation, l’interface, l’ergonomie et l’accessibilité des applications soient adaptées au public le plus large possible.
  • Chaque nouvelle version de l’iPhone - jusqu’au plus récent, l’iPhone 7 - propose des améliorations qui, sans rendre le modèle précédent obsolète, incitent les clients à acquérir le nouveau modèle. Il peut s’agir de nouveautés matérielles (hardware), concernant la puissance de la batterie, la résolution de l’écran, la rapidité du processeur, l’ajout d’une caméra, etc. Certaines nouveautés concernent de nouvelles applications (software), telles que la visiophonie, les boîtes mail, la création de dossier, etc. Les multiples applications - gratuites ou payantes - sont créées par des tiers mais leur téléchargement est contrôlé par la plate-forme d’ Apple.

• Comme d’autres fabricants, Apple innove régulièrement pour contrôler la durée de vie de l’iPhone. Selon la théorie de l’ "obsolescence programmée", il s’agit de contraindre les consommateurs à changer régulièrement leur produit : les batteries ne sont pas remplaçables, le système d’exploitation des modèles anciens ne peut pas être mis à jour et les pièces détachées changent à chaque cycle. Cette pratique est bien entendu dénoncée, tant pour leur aspect mercantile que pour le gâchis écologique qu’elle entraîne.

 

2. Une production qui maximalise les avantages de la NDIT (Nouvelle Division Internationale)

• 90% des pièces de l’iPhone sont produites en dehors des Etats-Unis: les semi-conducteurs de la dernière génération destinés à fabriquer les puces électroniques de l’appareil viennent d’Allemagne et de Taïwan, les chipsets (l’ensemble des puces composant un circuit intégré) d’Europe, l’acier vient de Russie et les métaux rares qui les composent sont extraits en Afrique et en Asie. Les écrans tactiles sont fabriqués en Corée du Sud et en Chine, les mémoires en Corée, aux États-Unis et au Japon. Seul le processeur est entièrement fabriqué uniquement sur le territoire des Etats-Unis. L’assemblage final est réalisé en Chine.

  • Néanmoins la Chine joue un rôle important. Ainsi, le sous-traitant taïwanais d’Apple, l'entreprise Foxconn, possède plusieurs dizaines d’usines en Chine, dont certaines sont entièrement dédiées à la production d’Apple. "L’iPhone City", l’ensemble des usines de Foxconn, emploie 200 000 personnes qui travaillent à l’assemblage des produits. Les conditions de travail, les horaires (plus de douze heures par jour) et les salaires des ouvriers (entre 200 et 300 dollars par mois) font bien entendu l’objet de vives critiques mais garantissent à la marque des marges importantes. Une organisation non gouvernementale chinoise aurait noté le travail d'enfant dans les usines d'une autre entreprise chinoise intervenant pour l'IPhone 6S. Les ouvriers y seraient payés 1,85 dollar par heure.

Lien: http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/10/23/32001-20151023ARTFIG00232-un-rapport-denonce-les-conditions-de-fabrication-de-l-iphone-6s.php

·               Les coûts de production d’un iPhone n’ont jamais été révélés par la société, mais les estimations varient: évalué à 700 euros, le prix de la version d'iPhone 6 chez Apple est élevé. Pourtant, le "vrai prix" de ces appareils - celui que paie la marque à la pomme - se situe aux alentours de 200 euros, soit 3 à 4 fois moins cher. Cette forte valeur ajoutée est rendue possible par la recherche des meilleurs coûts de production, mais également par le faible coût du transport et sa rapidité : le prix du transport intercontinental d’un iPhone revient à quelques centimes seulement, grâce à la révolution des transports qui a accompagné la mondialisation - conteneurisation, modernisation de la flotte, etc. 


3. La stratégie de post-production

  • L’appareil est présenté pour la première fois en janvier 2007 par Steve Jobs. La stratégie de vente de l’iPhone est fondée sur un marketing de masse, paradoxalement ciblé, malgré le prix d'achat, sur une clientèle très large sur le plan social et géographique. La sortie de chaque nouveau modèle est organisée minutieusement, selon la stratégie calquée sur celle de l’ordinateur iMac lancé en 1998 et celle de l’iPod, mis sur le marché en 2001. Apple est en effet une des rares entreprises à avoir opté pour un marketing indifférencié, s’adressant à un large public allant des enfants et des étudiants aux utilisateurs professionnels, alors que ses concurrents utilisent une stratégie de segmentation des marchés: plusieurs produits proposés à des coûts très différents en fonction du public visé et du secteur géographique.

 

  • Palo Alto est la ville californienne où se situe le premier Apple Store, le magasin de démonstration de la firme. Mais depuis 2001, Apple a mis en place une stratégie internationale d’implantation d’Apple Stores, des boutiques uniquement dédiées à ses produits - les distributeurs indépendants se plaignent d’ailleurs de la " pénurie " que leur impose parfois la marque. En 2012, la firme a implanté près de 400 magasins dans le monde, principalement en Amérique du Nord, en Europe occidentale, et de plus en plus en Asie. Chaque Apple Store est équipée d’un "easy pay", d’un Genious bar qui propose des conseils et d’une salle de présentation. L’intérieur des Apple store est d’ailleurs très similaire (pour ne pas dire identique) quelque soit le lieu d’implantation. Il n’y a donc pas adaptation de la marque à une clientèle et à une culture locale mais une clientèle qui se reconnaît comme appartenant à une communauté mondialisée: celle des consommateurs de produits Mac.   

 

  • Qu’importe le prix élevé de l'iPhone, car le consommateur a l’impression de posséder un objet exceptionnel : on casse ainsi la logique Qualité/prix. On entre là dans la sphère de l’émotionnel, ce que reflète bien la campagne de publicité d’Apple : « Think different » mise en place avant l’apparition de l’IPhone (https://www.youtube.com/watch?v=k0qgI71ChYM). Dans ce spot publicitaire, l’entreprise ne vend pas un produit mais elle montre en quoi elle est innovante. Elle met à l’honneur les grands savants, hommes politiques, prix Nobel et artistes du siècle dernier. La voix Off et le discours sont là pour montrer le côté remarquable de leurs découvertes.  Ce faisant, cette campagne place au même niveau les produits pensés par la firme que le génie d’Einstein ou celui de Picasso. C’est là le coup de maître d’Apple : avoir convaincu ses clients qu’ils sont exceptionnels au même titre que les produits de la marque qu’ils achètent
  • La stratégie d’Apple vise donc à donner aux consommateurs le sentiment d’appartenir à une communauté d'utilisateurs et d’adhérer à un ensemble de valeurs qui rapprochent l'utilisateur et la marque.  

 

Partie II. Acteurs, réseaux et critiques

 

1. Apple, une firme leader mais concurrencée

 

  • Apple est créée en 1976, dans la Silicon Valley, près de San Francisco en Californie, par Steve Jobs et Steve Wozniak. Spécialisée dans la commercialisation d’ordinateurs personnels, de logiciels informatiques, de produits électroniques grand public et de services en ligne, elle est en 2012 la première entreprise mondiale par sa capitalisation boursière - plus de 600 milliards de dollars. Son chiffre d’affaires s’élève à plus de 39 milliards de dollars pour le seul troisième trimestre 2012. Elle bénéficie d’une très forte notoriété puisque selon le magazine Fortune, c’est depuis plusieurs années la société la plus admirée dans le monde. Son créateur, Steve Jobs, décédé en 2011, a été remplacé par Tim Cook, devenu PDG de la firme.

 

  • Le marché des smartphones demeure très dynamique et progresse régulièrement. Mais il s’agit d’un marché qui est devenu très concurrentiel, puisqu’au premier trimestre de l’année 2012, Samsung dépasse Apple, en vendant plus de 42 millions de smartphones contre 35 millions pour Apple. Le point fort de Samsung réside dans un panel de prix élargis pour sa gamme de produits Galaxy, tandis que l’iPhone domine le marché haut de gamme.


 

2. Une diffusion mondiale massive, mais sélective

  • À la sortie du produit, Apple fait appel à des avions cargo spéciaux pour acheminer en trois jours les iPhones vers les magasins. Apple utilise aussi des avions cargo réguliers, ce qui fait baisser le coût de transport à 8 euros par kilogramme de smartphones, puis des transports classiques par conteneurs, qui ne reviennent qu’à 2 euros par kilogramme, pour une traversée qui dure une vingtaine de jours. Les cargaisons partent de Shenzhen, en Chine, puis sont expédiées depuis le port de Hong Kong. Les iPhones sont ensuite stockés dans les entrepôts puis acheminés par camion vers les grandes surfaces et les détaillants de la marque, ainsi qu’aux Apple store.

 

  • Le planisphère de la localisation des Apple Stores correspond à la Triade (Amérique du Nord, Europe occidentale et Japon). Néanmoins, cet espace s’élargit actuellement vers la Chine littorale puis vers les puissances émergentes. D’ailleurs, Foxconn décide en 2012 d’installer une usine iPad et iPhone au Brésil. L’objectif n’est pas tant de bénéficier d’une main-d’œuvre bon marché que de rapprocher Apple d’une masse de clients potentiels dans ce pays en forte croissance. Il n'en reste pas moins que l’iPhone demeure un produit de luxe.

 

3. Les oppositions à la politique d’Apple

  • Plusieurs pratiques de la firme sont contestées comme l’utilisation de sous-traitants consiste à déléguer la production et, par là même, de se débarrasser de toute responsabilité sociale et environnementale. Ainsi, Foxconn, l’entreprise qui est réputée "faire travailler l’homme plus vite que la machine". En 2010, une vague de suicide dans les dortoirs de l'entreprise a conduit les ONG et les médias à multiplier les enquêtes. D’une façon générale, les sous-traitants d’Apple sont accusés de maltraiter le personnel chargé de la fabrication des iPhones en Chine. Le recours à une main-d’œuvre de "travailleurs étudiants" est également pointé du doigt par les ONG. Apple impose à ses sous-traitants un Code de Conduite (semaine de travail limitée à 60 heures, tolérance zéro concernant le travail des mineurs, etc.) et la firme a récemment rejoint l’Association du travail équitable (Fair Labour Association), mais ces mesures sont considérées par beaucoup comme cosmétiques.

 

  • Apple communique également sur la durabilité de l’iPhone. Elle souhaite donner l’image d’un produit propre, dont la fabrication émet peu de CO2 et qui se veut recyclable. Ces arguments sont d’ailleurs vivement contestés par les détracteurs de la marque. Ainsi, plusieurs rapports annuels de l’ONG Greenpeace ont dénoncé l’entreprise comme la moins respectueuse de l’environnement, du fait de sa consommation d’énergies polluantes (les centrales au charbon, en particulier) et la fabrication de produits énergivores.

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 17:09

DOCUMENT1.  Discours de de Gaulle en 1944.

 

 

Introduction: présentation / Problématique: de Gaulle prononce les premiers mots officiels (il est le chef de la resistance) qui doivent fixer ce qui s'est passé en France au cours de la guerre. Quelle image va renvoyer de la France aux Français / annonce du plan.

 

1. De Gaulle met en place ce qui deviendra le mythe du résistancialisme.

 

- Citation: "mais Paris libéré ! libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle."

 

- Analyse de la citation: il insiste sur le fait qu'il n'y a toujours qu'une France. La répétion de "la France" sert à marquer l'évidence de ce qu'il dit. Le style lyrique et le ton solennel et déterminé avec lequel il dit cette phrase (voir l'enregistrement cinématographique) apportent toute l'émotion dont la construction d'une mémoire a besoin. Cette image d'une France toute entière héroïque devient dés lors sacrée. Rappelez la définition de "mémoire"

 

- Derrière ce qu'il dit, il y a une grande part très importante de dissimulation: il oublie la défaite de 1940, il oublie aussi que la France officielle et légale c'est celle du maréchal Pétain.

 

- Il sous estime le rôle des Alliés ramenés à un partenaire secondaire: "Il ne suffira même pas que nous l'ayons, avec le concours de nos chers et admirables alliés, chassé de chez nous /.../" . Le débarquement de Normandie et l'immense effort des Britanniques et des Américains sont placés dans la phrase comme en annexe au sujet principal qui est la France.

 

2. Ce qu'il dit ce soir là il le justifie à la fin du discours.

 

Citation: " tous les hommes qui sont ici et tous ceux qui nous entendent en France savent qu'il exige l'unité nationale"

 

Analyse. Il faut un mythe auquel tous doivent croire pour arrêter les règlements de compte et reconstruire le pays le plus vite possible. Un mythe héroïque et le refoulement de la réalité noire pour préserver l'unité nationale.

 

Revenez au cours et utilisez ce qui est dit du mythe du résistancialisme en P.1 paragraphes 1 et 2

 

 

3. Mais ce n'est pas avec un discours seulement qu'on établit un mythe: il faut beaucoup d'autres facteurs.

 

Et là il faut utliser le cours: voilà une partie du cours à exploiter:

Lors du retour de De Gaulle au pouvoir en 1958 (naissance de la Ve Répubique), le mythe résistancialiste est à son apogée. Il est volontairement entretenu dans un contexte difficile pour la France engagée et divisée dans la guerre d'Algérie :

  • Les commémorations de la Résistance se multiplient.
  • Le mémorial de la France combattante est inauguré au Mont-Valérien en 1960.
  • En 1964, les cendres de Jean Moulin sont transférées au Panthéon et la cérémonie est retransmise à la radio. Ce moment est considéré comme l'apogée du mythe résistancialiste.
  • Ce mythe résistancialiste n'est pas entretenu que par le pouvoir, il est assez répandu au sein de la population. Le film La Grande Vadrouille en 1966 met en avant le soutien de nombreux Français à la Résistance.

 

 

 

DOCUMENT 2. Manuel d'histoire en 1964.

INTRODUCTION.

Présentez le document / Posez la problématique: un manuel scolaire d'histoire est en principe régi par le souci de la plus grande objectivité possible. Il est d'ailleurs le produit de spécialistes des sciences historiques et de pédagogues. Or, là, même si la présentation de l'histoire est vraie au sens des faits, elle est traversée par une vision idéologique qui fausse la réalité.  / Annoncez le plan

 

1. La résistance est ce que les élèves doivent retenir dans la France de 1964.

 

- Une fois la défaite mentionnée, le texte met immédiatement en avant la résistance: le paragraphe est composé de 7 lignes est le plus long de la leçon. Il présente deux héros qui sont deux Français: le général de Gaulle et le général Leclerc. Les Alliés sont présentés comme des acteurs secondaires associés aux troupes françaises: " Des troupes françaises nouvelles combattent, avec les Anglais et les Américains". La libération de Paris est due seulement aux troupes françaises.

 

- Cette leçon d'histoire à destination des enfants de 1964 reprend donc exactement la vision mise en place par le général de Gaulle dans son discours de l'Hôtel de Ville 20 ans auparavant! (Mentionnez les idées principales de ce discours). Spectacularisation de l'action des résistants, sous évaluation de l'action des Alliés et occultation de l'Etat de Vichy dont il n'est fait aucune référence: la France est passée de la IIIe à la IVe République avec une guerre entre les deux et sans rien d'autre. Alors même que Pétain a accédé légalement au pouvoir et a reçu des députés de l'Assemblée nationale les pleins pouvoirs en 1940!

 

- Ce manuel est donc un des rouages qui entretient puissamment et subrepticement le mythe du résistancialisme en France. Utilisez le cours pour expliquer la mise en place du mythe du résistancialisme

 

2. Ce manuel met aussi en valeur le rôle des historiens à cette époque pour reproduire et renforcer le mythe d'une France héroïque.

 

- Définissez la notion d'historien: voir introduction du cours

- Sous couvert d'histoire "objective", le manuel scolaire fait passer une vision faussée du passé. Il montre donc à quel point les historiens sont amenés à entretenir le mythe. Reprenez en introduction le passage où l'historien peut être mis sous pression sociale et dévier son interprétation du passé en fonction de ce que souhaite la société.

 

- Prenez dans le cours l'exemple d'un historien Robert Aron et sa thèse sur le glaive et le bouclier: sa thèse renforce le résistancialisme

 

3. Réutilisez le cours pour montrer ce qui à cette époque et en dehors du manuel constitue une machine à reproduire la même mémoire de la SGM.

 

La partie du cours à utiliser c'est celle-ci:

 

Lors du retour de De Gaulle au pouvoir en 1958 (naissance de la Ve Répubique), le mythe résistancialiste est à son apogée. Il est volontairement entretenu dans un contexte difficile pour la France engagée et divisée dans la guerre d'Algérie :

  • Les commémorations de la Résistance se multiplient.
  • Le mémorial de la France combattante est inauguré au Mont-Valérien en 1960.
  • En 1964, les cendres de Jean Moulin sont transférées au Panthéon et la cérémonie est retransmise à la radio. Ce moment est considéré comme l'apogée du mythe résistancialiste.
  • Ce mythe résistancialiste n'est pas entretenu que par le pouvoir, il est assez répandu au sein de la population. Le film La Grande Vadrouille en 1966 met en avant le soutien de nombreux Français à la Résistance.

 

 

 

DOCUMENT 3. Le témoignage de Simone Veil.

Introduction

Présentez le document / Problématique: l'auteure expliquerla difficulté qu'ont eu les juifs rescapés pour construire une mémoire de leur histoire dans le conflit mondialdeux temps: elle met en évidence l'indifférence de la société française puis, dans un second temps, elle pointe la responsabilité des historiens.

Annoncez le plan

 

Premier plan: la société française. Le témoignage des juifs français ne débouchera sur aucune mémoire collective (définissez la notion de mémoire) par le refus plus ou moins marqué ou explicite de la société française de prendre en compte leur histoire ("personne ne voulait le savoir"). Les causes de ce désintérêt ( "la Shoah n'intéressait personne")  sont:

 

- le mythe résistancialiste qui s'est imposé du sommet vers la base de la nation dès le 25 août 1944, a tenté de mettre un point final à ce qui s'était passé d'autre (de non héroïque) de 1940 à 1944. Définissez plus longuement le mythe du résistancialisme en utilisant le cours nettement.  Seule l'image du résistant est alors intéressante. Or "nous n'étions pas des résistants" mais "des témoins indésirables": l'opposition de ces deux figures dit bien le drame à ne pas voir une mémoire acceptée par la société toute entière. Il faut utiliser le cours pour expliquer ce qu'est ce mythe et comment il a pu influencer toute la société.

 

- La nécessité de reconstruire le pays et, pour les individus, de se reconstruire le plus vite possible en oubliant le passé coupable explique aussi ce désintérêt. Faites références au discours de de Gaulle. Utilisez le cours pour montrer que les Français voulaient tourner la page.

 

- La difficulté de trouver les mots pour décrire l'extermination nazie a contribué également à ce non-dit de l'histoire des juifs français. Montrez que l'extermination des juifs et des Tziganes est un phénomène qui est difficilement concevable Qu'est-ce que le génocide? Voir votre cours de première

 

Le second plan désigne les historiens et leur refus clairement exprimé, selon l'auteure, de prendre en compte les témoignages des juifs. Définissez ce qu'est le métier d'historien et les risques qu'il y a à faire ce métier quand la recherche porte sur un point sensible: voir l'introduction.Le prétexte fallacieux invoqué selon Simone Veil par ces historiens: la subjectivité des témoignages suceptibles de déformer la réalité du génocide. La charge de la preuve n'était pas du côté des historiens mais du côté de ces victimes. La réalité du génocide n'était pas reconnue à l'époque. L'explication de l'attitude des historiens tient à la pression collective entretenue par le mythe sacré du résistancialisme, pression à laquelle les historiens n'ont pas assez, selon Simone Veil, résisté. Utilisez l'exemple de Robert Aron qui lui aussi est allé dans le sens du résistancialisme et cela jusqu'à penser que Pétain avait pu lui aussi résisté.

 

En conclusion, montrez que cela changera à partir des années 1970: expliquez pourquoi la mémoire juive se réveillera à ce moment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 19:08

Thème 1 introductif :

Comprendre la complexité du monde à partir de cartes.

 

Ce cours vise 3 buts:

1. Permettre de prendre conscience,  par le biais de cartes, de la complexité du monde actuel et la rendre compréhensible par l’utilisation de 4 points de vue différents:

  • Une approche géopolitique: relations entre les Etats, effacement relatif des frontières, etc.
  • Une approche géoéconomique: inégalités de développement, massification des échanges, etc.
  •  une approche géoculturelle: limites de l'uniformisation culturelle.
  •  une approche géo environnementale: problème de la durabilité des développement des territoires

2. développer une analyse critique de ce qu'est une carte: elle ne reflète pas la réalité mais construit une image partielle et intéressée du monde.

Au Bac, ce thème ne donnera pas lieu à une composition mais à une étude critique de une ou deux cartes.

 

Première idée: une carte est le résultat d'un choix fait par le cartographe: La carte est un outil qui permet de représenter une réalité en la simplifiant. Mais une carte n’est pas neutre. Elle est construite par un acteur qui a fait des choix et qui a une vision précise du phénomène qu’il veut représenter. Ces choix peuvent même être guidés par des habitudes intellectuelles ou par une idéologie. 

 

 

Deuxième idée: le cartographe réalise ce choix à partir de certains outils comme:

- Le centrage: c’est le choix cartographique qui privilégie l’espace placé au centre de la carte. Il modifie la vision qu'on a du monde en la centrant sur tel ou tel territoire

- L’échelle c’est le cadrage choisi par une carte: local, régional, national, sous continental, global. L'échelle choisie permet de mettre en valeur les détails de tel phénomène ou, au contraire, oblige à simplifier ce phénomène. Les détails d'un phénomène ne peuvent pas être cartographiés dans une carte à échelle global ou continental mais, en revanche, on peut facilement comparer beaucoup de territoires entre eux.

- La projection: c’est le procédé choisi pour représenter à plat la Terre qui est une sphère. Il en existe plus de 200 mais aucune n’est absolument exacte car on ne peut représenter une sphère en deux dimensions sans intégrer certaines déformations.

 

Conclusion. Les cartes sont une interprétation du réel mais jamais le réel. La réalisation d'une carte est en effet toujours le résultat d'une série de choix qui portent à la fois sur les éléments représentés, la façon de les représenter, les échelles de mesure et de répartition, les critères et seuils de représentation.... Or, tout cela dépend d'une manière de voir, d'une appréciation, d'une intention, mais aussi souvent d'une approximation en fonction des données statistiques et de la nature du phénomène cartographié.

 

Du point de vue méthodologique au bac, voici les questions qu'il faut se poser face à une carte:

Que veulent montrer et démontrer les cartes ?

Quels procédés ces cartes utilisent-elles pour représenter le sujet cartographié?

Quelles sont les limites de chaque carte ?

Repost 0
Published by france
commenter cet article
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 19:05
Enseignement moral et civique TES et TS

La question posée à propos des samouraï (voir image ci-dessus) permet de moduler la définition de la morale travaillée en classe. Pouvez-vous y répondre?

Repost 0
Published by france
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 17:03

- La correction du discours du président Holande en 2014 à propos de la commémoration du débarquement de Normandie est en ligne: elle répond aux questions posées par certains d'entre vous sur le rôle de l'Etat dans la construction d'une mémoire de la guerre aujourd'hui. 

 

- Pour Jeudi 15 septembre, vous lirez la partie 1 du cours et vous me poserez les questions que vous voulez.

Mais si vous avez relativement compris cette partie 1, alors, pour aller un peu plus vite, je vous demande de choisir un des 3 exercices mis en ligne et de commencer à y répondre. Chaque exercice porte un document et une consigne. Ils sont de type bac.

Le premier concerne un discours très bref que le général de Gaulle prononce en août 1944 à Paris, le jour de la libération de la ville. Il va en quelques mots fixer officiellement la mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Le second exercice porte sur un manuel scolaire d'histoire de 1964 et sur la leçon réservée à la Seconde Guerre mondiale en France. Le troisième concerne le témoignage d'une juive française survivante de l'extermination nazie. 

 

Les attendus pour ce travail sont:

- extraire des informations précises du document choisi comme on l'a fait pour le discours du président (citations de mots clés ou d'expressions clés,)

- classer ces différents types d'informations pour éviter la simple paraphrase.

- utiliser précisément le cours en ligne pour donner sens ou expliquer les informations choisies.

- Compléter l'apport de ce document en fonction du cours c'est-à-dire aller plus loin que ce seul document en fonction de la consigne

 

Tous les travaux seront ramassés vendredi 16 septembre en fin de cours et seront notés. Jeudi, et vendredi, vous aurez de l'aide si vous en avez besoin.

Si entre jeudi et vendredi vous modifiez ou compléter votre travail écrit, en fonction de tout ce qui sera dit par les élèves comme par le professeur, ces modifications seront considérées comme des améliorations et ajoutées en fin de votre devoir. L'évaluation portera sur la totalité du devoir: le devoir + ses améliorations.

Vous pouvez travailler en groupe (3 personnes au maximum). Vous pouvez rédigez votre devoir sur traitement de texte. Vous pouvez poser des questions à hist.jycee@gmail.com

Repost 0
Published by france
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 11:52
Exercice: document 3. (TES et TS)
Exercice: document 3. (TES et TS)

DOCUMENT 3. Les juifs français  survivants et de retour en France.

 

 

CONSIGNE. Aprés avoir présenté le texte (ci-dessus en format image), vous expliquerez les difficultés des juifs français, rescapés de l'extermination nazie, à se construire une mémoire dans la société française.

 

 

Présentation de l'auteure.

 

Simone Veil,  née  en 1927 à Nice, est une femme politique française. Rescapée de la Shoah, elle entre dans la magistrature comme fonctionnaire jusqu'à sa nomination comme ministre de la santé en 1974. A ce poste, elle fait adopter la "loi Veil" promulguée le 17 janvier 1975 qui dépénalise le recours par une femme à l'interruption volontaire de grossesse.

Lors d'un contrôle effectué dans la rue par deux SS, Simone Jacob, alors âgée de 16 ans et qui se fait appeler Simone Jacquier, est arrêtée le 30 mars 1944, à Nice, où elle réside chez son professeur de lettres classiques. /.../ Simone transite par le camp de Drancy (le camp de Drancy, près de Paris, est dirigé par la Gestapo mais est gardé par des gendarmes français). Son père et son frère Jean sont déportés en  Lituanie. Simone Veil ne les a jamais revus. Le 13 avril 1944, soit deux semaines après leur arrestation, Simone, sa mère et sa sœur Madeleine sont envoyées de  Drancy (convoi no 71) à destination d'Auschwitz-Birkenau, un des camps d'extermination nazis, où elles arrivent le 15 avril au soir. Un prisonnier parlant français lui conseille de se dire âgée de plus de 18 ans pour passer la sélection et éviter l’extermination. Elle reçoit le matricule 78651 qui lui est  tatoué sur le bras. Le travail forcé consiste alors à « décharger des camions d'énormes pierres » et « à creuser des tranchées et aplanir le sol ».

Au total, 76 000 Juifs ont été déportés de France vers les camps nazis, soit un quart de la population juive qui résidait dans notre pays en 1940. Seuls 2 500 d'entre eux ont échappé à l'extermination.
   Avec les 3 000 juifs morts dans les camps français d'internement et le millier de Juifs exécutés ou massacrés sommairement, le bilan avoisine les 80 000 victimes.

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 11:45
Exercice: document 2 (TES et TS)

 

DOCUMENT 2. L'enseignement de l'histoire à l'école française en 1964.

 

CONSIGNE. Après avoir  présenté le document, vous montrerez son intérêt dans la construction d'une mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France.

 

 

Extrait d'un manuel d'histoire du CM1, école élémentaire.

 

"La Deuxième Guerre mondiale.


1. L'invasion de la France
En septembre 1939, l'Angleterre et la France ont déclaré la guerre à Hitler, le chef de l'Allemagne, pour défendre leur alliée, la Pologne, envahie à la fois par les Allemands et par les Russes. Cette nouvelle guerre est, plus encore que la guerre de 1914, une guerre mondiale. L'Italie et le Japon combattent avec les Allemands. Les Russes puis les Américains deviennent les alliés de la France et de l'Angleterre.
L'armée française, mal préparée à la guerre, est rapidement vaincue par les Allemands en mai-juin 1940. La défaite entraîne la fin de la Troisième République. Les ennemis occupent notre pays.


2. La Résistance et la Victoire
Un certain nombre de Français ont pu, à ce moment, quitter la France. Ils créent à Londres, en Angleterre, un gouvernement dirigé par le général de Gaulle. Ils organisent, en France même, la résistance contre les Allemands.
Des troupes françaises nouvelles combattent, avec les Anglais et les Américains, les armées allemandes en Afrique du Nord et en Italie. Le 6 juin 1944 une puissante armée anglo-franco-américaine débarque en Normandie. Paris est libéré le 24 août 1944 par les résistants insurgés, soutenus par les blindés du général Leclerc. Puis l'Allemagne est envahie à son tour et vaincue par les armées alliées. Elle capitule le 8 mai 1945.

 

3. La Quatrième et la Cinquième République
Un nouveau gouvernement, celui de la Quatrième République, est établi en France après la Libération et la défaite allemande. Au début de 1959, une autre constitution crée le gouvernement de la Ve République. Le général de Gaulle est élu Président de la république.

 

Résumé
1. La France est vaincue par les Allemands en 1940.
2. Le général de Gaulle organise la Résistance. La France est libérée en 1944.
3. La IVe République commence en 1946. Elle est remplacée en 1959 par la Cinquième République."

 

Source : A. Bonifacio, P. Maréchal, Histoire de France - Cours moyen 1e année (CM1), Hachette, Paris, 1964, p. 119.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by france
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 11:40
Exercice: document 1 (TES et TS)

 

DOCUMENT 1. La libération de Paris le 25 août 1944.

 

CONSIGNE: après avoir présenté le document, vous expliquerez de quelle manière et pourquoi ce discours s'inscrit dans une construction de la mémoire du conflit mondial en France.

 

Discours du général de Gaulle à l’hôtel de ville de Paris le 25 août 1944

 

"Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle.


Eh bien ! Puisque l'ennemi qui tenait Paris a capitulé dans nos mains, la France rentre à Paris, chez elle. Elle y rentre sanglante, mais bien résolue. Elle y rentre, éclairée par l'immense leçon, mais plus certaine que jamais, de ses devoirs et de ses droits.


Je dis d'abord de ses devoirs, et je les résumerai tous en disant que, pour le moment, il s'agit de devoirs de guerre. L'ennemi chancelle mais il n'est pas encore battu. Il reste sur notre sol. Il ne suffira même pas que nous l'ayons, avec le concours de nos chers et admirables alliés, chassé de chez nous pour que nous nous tenions pour satisfaits après ce qui s'est passé. Nous voulons entrer sur son territoire comme il se doit, en vainqueurs. /.../

Ce devoir de guerre, tous les hommes qui sont ici et tous ceux qui nous entendent en France savent qu'il exige l'unité nationale. Nous autres, qui aurons vécu les plus grandes heures de notre Histoire, nous n'avons pas à vouloir autre chose que de nous montrer, jusqu'à la fin, dignes de la France. Vive la France !"

 

Charles de Gaulle, après avoir reçu l'acte de capitulation des troupes d'occupation de Paris, se rend à l'Hôtel de Ville de Paris. Là, on lui demande de proclamer le République mais il refuse en répliquant: « Non, la République n'a jamais cessé d'être. Vichy fut toujours et demeure nul et non avenu ».

Sur la place de l'Hôtel de Ville, devant une foule enthousiaste, il prononce ce discours en partie improvisé et aussitôt retransmis à la radio et filmé: https://www.youtube.com/watch?v=Yuv_vbxu4lI

Le lendemain, le général de Gaulle devient le chef  du Gouvernement provisoire de la République française.

Repost 0
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 10:50
Correction à propos du discours du président Hollande en Normandie (TES et TS)

Consigne.

 

En vous appuyant sur l'introduction du cours en ligne ("Historien et mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France), vous montrerez si ce discours relève de la "mémoire" ou de l'"histoire".

 

Ouistreham, vendredi 6 juin 2014

" Mesdames, Messieurs les chefs d’Etat et de gouvernement,

Vous représentez ici 19 pays rassemblés avec la France pour marquer la réconciliation, la réunion, l’hommage que nous devons à tous ces vétérans ici présents et que je veux d’abord saluer parce qu’ils sont les témoins vivants de ce qui s’est produit ici le 6 juin 1944.

Cette cérémonie du 70ème anniversaire du Débarquement exceptionnelle : exceptionnelle par son ampleur, nous en avons la démonstration ; exceptionnelle par la ferveur populaire qu’elle suscite ; exceptionnelle aussi dans ce moment précis où nous nous rassemblons.

/.../

Le Général BRADLEY avait dit que tous ceux qui avaient mis le pied un jour, ce jour-là, le 6 juin 1944, sur la plage d’Omaha étaient des héros ; oui, ils étaient des héros, tous ceux-là qui avançaient, qui avançaient encore pour notre liberté !

Nous sommes en Normandie. La bataille qui se déroula tout au long de l’été 1944 fut la plus grande bataille aéronavale de l’histoire. 5 000 navires, 10 000 avions, 140 000 soldats britanniques, canadiens, américains. Le seul 6 juin, 3 000 d’entre eux furent tués, .3 000 !

/.../

Voilà pourquoi je souhaite au nom de la France que les plages du débarquement soient inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, car ici nous sommes sur un patrimoine mondial de l’humanité. Cette inscription rappellera le caractère sacré de ces lieux pour les préserver à tout jamais et surtout pour accueillir toutes les générations qui viendront en visiter les sites lorsqu’elles voudront comprendre, lorsqu’elles voudront voir où le sort de l’humanité s’est joué, où il s’est décidé un 6 juin 1944.

En venant ici, nous sommes tous quel que soit notre âge, quelle que soit notre condition, quelles que soient nos origines, saisis par une émotion. Ce qui frappe encore lorsque nous allons de lieu en lieu et parfois de cimetière en cimetière, c’est le courage des soldats qui ont lutté ici, /.../ le courage de tous ces jeunes venus du monde entier conquérir mètre après mètre les plages et les dunes, le courage des résistants français qui ont facilité la réussite de l’opération, le courage des français libres ralliés à l’appel du général de GAULLE, le courage des populations civiles de Normandie qui ont souffert sous les bombes, qui ont subi des pertes considérables et qui ne savaient plus si elles devaient partager leur douleur ou leur joie, leur douleur d’avoir perdu un être cher, leur joie aussi d’avoir reconquis leur liberté. /.../"

 

 

 

 

                                                           CORRECTION POSSIBLE.

     Le discours du président Hollande est engagé dans un travail de mémoire beaucoup plus que d'histoire car, régulièrement dans ses phrases, le président charge l'événement qu'il présente d'enjeux et de valeurs. Comment?

- en le présentant à tous comme un modèle: utilisation de la notion de dette due aux acteurs passé comme les vétérans au 1er paragraphe.

- grâce à l'ampleur du rassemblement dont la commémoration du 6 juin 2014 témoigne: au 1er paragraphe, le nombre impressionnant de pays représentés par leur chef d'Etat ou de gouvernement; au 2e paragraphe, par la répétition de "exceptionnelle" pour qualifier cette cérémonie.

- en valorisant les acteurs passés: au 3e et 4e paragraphe, ils sont présentés comme des héros très nombreux à se sacrifier pour nous. Là aussi, la notion de dette et donc de devoir de mémoire est activée.

- en prenant une initiative symbolique: faire de ces plages un lieu inscrit au patrimoine commun de l'humanité.

 

    Ce discours est donc un exemple d'une action de l'Etat pour ré-officialiser une certaine image d'un événement et instituer un devoir de mémoire.

La mémoire partagée collectivement et sacralisée est un élément essentiel de l'identité d'une société. Commémorer un souvenir commun et sacré est un moyen de renforcer la cohésion entre les individus de cette société. Or la société française est particulièrement divisée en ce moment. D'où l'importance de ce type de cérémonie et l'insistance sur le devoir de mémoire

 

 

COMPLEMENT A LA REPONSE.

 

" /.../le courage des populations civiles de Normandie qui ont souffert sous les bombes, qui ont subi des pertes considérables et qui ne savaient plus si elles devaient partager leur douleur ou leur joie, leur douleur d’avoir perdu un être cher, leur joie aussi d’avoir reconquis leur liberté."

Ces lignes viennent à la fin d'un long paragraphe qui, pour l'essentiel, est consacré à renforcer la mémoire traditionnellement valorisée du débarquement de Normandie. Elles officialisent une autre mémoire de l'événement lié à un groupe nouvellement reconnu: les habitants de Normandie qui ont souffert des bombardements alliés en Normandie en juin et juillet 1944. Jusqu'à présent, on évitait de parler des effets négatifs de débarquement (occultation). Là, ce n'est plus le cas.

Repost 0
Published by france
commenter cet article